Apple et Google s'allient pour le suivi des données — Coronavirus

Share

Dans un billet publié il y a quelques jours, Jason Bay, directeurs des services numériques gouvernementaux de Singapour, exprimait ainsi ses doutes: "Si vous me demandez si un système de traçage des contacts via Bluetooth déployé ou en développement, où que ce soit dans le monde, est prêt à remplacer la recherche manuelle des contacts, je vous répondrai sans réserve que non".

C'est quasiment du jamais-vu dans l'univers informatique moderne: Apple et Google se sont entendus pour développer des outils de traçage des contacts afin de lutter contre la propagation du coronavirus.

"Google et Apple annoncent un effort conjoint pour permettre l'utilisation de la technologie Bluetooth dans le but d'aider les gouvernements et les agences de santé à réduire la propagation du virus, en intégrant la confidentialité et la sécurité des utilisateurs au cœur de la conception", ont indiqué vendredi, sur leurs blogs et dans des tweets, Sundar Pichai et Tim Cook, les PDG de Google et Apple. Ainsi, grâce au Bluetooth, un repérage des autres utilisateurs de l'application et l'enregistrement de leurs identifiants pourra être faite aux alentours.

Alors que le déconfinement est encore loin d'être pour demain - le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé un confinement maintenu jusqu'au 11 mai 2020 au moins - la question du traçage à grande échelle des malades du Covid-19 commence à se poser. Dans les prochains mois, c'est une plateforme plus complète qui sera bâtie avec une intégration plus profonde au sein des systèmes d'exploitation mobiles des deux marques. Ainsi, les autorités de la santé publique peuvent accéder à ces informations via les applications officielles et les utilisateurs téléchargeant ces applications peuvent également signaler s'ils présentent les symptômes du Covid-19. Lorsque deux personnes qui ont opté pour le suivi des contacts sont en contact étroit pendant un certain temps, leurs téléphones échangent des clés d'identification anonymes.

Le consentement des utilisateurs est requis avant l'activation du système et les données de localisation ne sont pas collectées. Par la suite, une plateforme devrait être mise à disposition de tous afin de proposer une solution plus robuste encore.

D'autres experts s'interrogeaient sur l'usage des données personnelles malgré les garanties des deux entreprises.

"De telles méthodes de suivi des contacts sont susceptibles d'exclure de nombreux membres vulnérables de notre société dont l'accès aux technologies est limité et qui sont déjà affectés de manière disproportionnée par la pandémie", avertit Jennifer Granick, chargée de la surveillance et de la cybersécurité pour l'ACLU.

Par ce système Google et Apple veulent aider à tracer les individus porteurs du coronavirus le plus rapidement possible sans dévoiler personne.

Share