Etudes. La vitamine K pourrait combattre le covid-19

Share

Cette étude a été réalisée en collaboration avec l'Institut de recherche cardiovasculaire de Maastricht (Pays-Bas) entre le 12 mars et le 11 avril par des scientifiques britanniques qui ont établi un lien entre une carence en vitamine K et le développement de formes sévères du coronavirus.

En effet, si le covid-19 entraîne la coagulation du sang et mène à la dégradation des fibres élastiques dans les poumons, la vitamine K elle, permet la production de protéine qui non seulement régulent la coagulation mais peuvent aussi protéger contre les maladies pulmonaires.

Des chercheurs hollandais ont étudié 184 patients hospitalisés atteints de forme sévère de la maladie, et d'un autre côté un groupe de personnes non malades.

Il existe trois formes de vitamine K: la vitamine K1 d'origine végétale, la K2 d'origine animale et la K3 est synthétique.

La vitamine K1 se trouve dans presque tout ce qui est vert: épinard, brocoli, laitue.

Dans cette étude publiée dans The Guardian, le Dr Rob Janssen qui travaille sur l'étude, encourage un apport sain de vitamine K, sauf pour ceux qui prennent des anticoagulants. "Mon conseil serait de prendre un complément de vitamine K. Même si cela n'aide pas contre les formes sévères de Covid-19, c'est bon pour vos vaisseaux sanguins, vos os, et probablement vos poumons" a-t-il déclaré. Les plus grandes sources de vitamines K2 sont: le natto (préparation japonaise à base de soja fermenté), le pâté de foie d'oie, les fromages à pâte dure puis à pâte molle, le jaune d'oeuf, les cuisses de volailles, ...

Les scientifiques souhaitent maintenant pouvoir procéder à un essai clinique et recherchent un financement.

Share