Mort de George Floyd: le pape juge "intolérable" toute forme de racisme

Share

Mercredi, les chefs d'accusation le visant ont été requalifiés de " meurtre non prémédité ", plus grave, passible de 40 ans de prison.

Derek Chauvin, qui avait maintenu son genou enfoncé sur le cou de M. Floyd pendant près de neuf minutes, était précédemment accusé de meurtre au troisième degré et d'homicide involontaire au deuxième degré.

(Cité du Vatican) Le pape François a jugé mercredi " intolérable " toute forme de racisme, en réaction à la mort à Minneapolis de George Floyd, mais il a aussi condamné les réactions de violence qui ont suivi. C'est un alourdissement significatif des charges qui pèsent contre lui.

En plus de durcir ses poursuites, le procureur Keith Ellison, représentant les autorités de l'État du Minnesota, a relevé à un million de dollars la caution libératoire de l'ex-agent.

Il note également qu'il avait des antécédents de maladie cardiaque et avait du fentanyl et de la méthamphétamine dans son système qui étaient répertoriés comme "d'autres conditions importantes". Les autopsies ont confirmé que la mort était due à la pression au niveau de son cou.

La famille de la victime, décédée le 25 mai, s'est félicitée de l'aggravation de ces poursuites via un communiqué transmis par son avocat, Ben Crump. "C'est un pas important sur la voie de la justice", a-t-elle commenté.

Les nouveaux actes d'accusations surviennent après des jours de protestations et de troubles qui ont commencé à Minneapolis et se sont répandus à travers les Etats-Unis.

Des manifestants contre les violences policières et défilant en hommage à George Floyd ont assailli la résidence du Premier ministre britannique à Londres, relate Sky News.

Les messages du révérend faisaient écho aux manifestants qui, au même moment, se trouvaient sur le mausolée improvisé à l'endroit où George Floyd a été tué.

Le mouvement a été salué en fin d'après-midi par Barack Obama. "Au contraire, il cherche à nous diviser", déplore James Mattis.

Share