" "Coronavirus : " The Lancet " prend ses distances avec l'étude critique envers l'hydroxychloroquine

Share

Le brouillard s'épaissit. Près de deux semaines après sa publication dans le prestigieux The Lancet, l'étude observationnelle la plus vaste à ce jour sur l'utilisation de chloroquine et d'hydroxychloroquine comme traitements du Covid-19 est toujours sous le feu des critiques. Des scientifiques, par ailleurs sceptiques quant au recours à cette molécule contre le Covid-19, ont également exprimé de sérieux doutes. Elle a eu un retentissement mondial et des répercussions spectaculaires, en poussant notamment l'OMS (Organisation mondiale de la santé) à suspendre les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Dans son communiqué de mardi, The Lancet rappelle qu'un "audit indépendant sur la provenance et la validité des données a été demandé par les auteurs non affiliés à Surgisphere et est en cours, avec des résultats attendus très prochainement". L'étude de Mehra et al se fonde sur une variété de données médicales attachées à plus de 90 000 patients atteints de la pneumonie virale pandémique et hospitalisés dans plus de 670 établissements dispersés à travers le monde.

Afin d'établir la vérité, il est besoin de mettre toute chose en doute autant qu'il se peut.

Les nombreuses données statistiques sur laquelle s'est basée l'étude ayant conclu à l'inefficacité et aux risques de la chloroquine chez les malades de la COVID-19 seraient issues d'une société privée assez floue.

L'étude de The Lancet a en outre été attaquée avec virulence par les défenseurs de l'hydroxychloroquine, souvent avec le mot clé #LancetGate sur les réseaux sociaux. Elles ont porté sur les données rapportées dans l'article de Mandeep Mehra et ses coauteurs " indique The Lancet dans un communiqué. Lors de sa parution, il avait qualifié l'étude de "foireuse" et estimé qu'elle avait été réalisée par des "pieds nickelés". " Nous sommes fiers de contribuer aux travaux sur le Covid-19", avait déclaré pour sa part le patron de Surgisphere, Sapan Desai, le 29 mai. Une autre étude récemment publiée par la même équipe de médecins et chercheurs dans la revue The New England Journal of Medicine a aussi été la cible d'un signalement similaire par ladite revue.

"Ces errements illustrent que le temps scientifique doit être déconnecté de celui médiatique".

Share