À Minneapolis, des manifestants déterminés pour dire non au racisme

Share

Malgré l'interdiction des rassemblements de masse au Royaume-Uni, des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche à Londres et à Manchester pour protester contre la mort de George Floyd, un homme noir non armé mortellement asphyxié lundi par un policier blanc dans l'État américain du Minnesota. "A priori aucun manifestant n'a été blessé", selon un communiqué de la police locale.

" Qu'il n'y ait pas eu une tragédie et de nombreux morts est une chose incroyable " a réagi le gouverneur du Minnesota Tim Walz lors d'une conférence de presse. Le chauffeur du camion, blessé, a été conduit dans un hôpital voisin puis placé en détention. "A cette heure nous ne connaissons pas ses motivations, a-t-il ajouté en admettant que la situation aurait pu être dramatique".

Les manifestations ont commencé le 26 mai, après la diffusion des images de l'interpellation fatale de George Floyd. Des milliers de soldats de la Garde nationale ont été déployés dans quinze États et à Washington.

Le chauffeur d'un camion-citerne a foncé sur des manifestants sur un pont à Minneapolis (États-Unis) ce dimanche.

Très rapidement, des dizaines de véhicules de police étaient arrivés sirènes hurlantes et ont refoulé les manifestants hors du pont. Elle se dirigeait dans une ambiance pacifique vers le centre de Minneapolis en marchant sur une autoroute.

Des manifestations contre les violences policières et le racisme se sont déroulées dans de nombreuses autres villes dont New York et Miami et des pillages ont eu lieu en marge des manifestations notamment à Santa Monica et Philadelphie. La police a utilisé du gaz lacrymogène pour disperser des manifestants n'ayant pas respecté le couvre-feu instauré dans la capitale fédérale.

Share