Une "réussite stratégique majeure" contre la Covid-19 — Chine

Share

A Pékin, la session 2020 du parlement se déroule dans des conditions très particulières sur fond de Covid-19.

La Chine a largement jugulé l'épidémie sur son territoire et les restrictions de déplacement sont progressivement levées. Mais il se heurte à la vindicte des Etats-Unis, qui l'accusent d'avoir tardé à réagir à l'épidémie. Toutefois malgré cette "victoire" le pays doit désormais faire face à l'hostilité du président américain Donald Trump.

Premier pays touché par le Covid-19 mais aussi premier à s'en sortir, le géant asiatique est à présent confronté à la "tâche immense" de relancer son économie, en pleine dépression mondiale, a déclaré Li Keqiang aux 3.000 députés réunis, le visage masqué, dans le cadre solennel du Palais du peuple. "La pression sur l'emploi a fortement augmenté", a-t-il reconnu.

Signe de l'incertitude à laquelle le pays est confronté, Li Keqiang s'est abstenu de fixer un objectif de croissance pour l'année en cours. "Notre pays sera confronté à certains facteurs qui sont difficiles à prévoir", s'est-il justifié.

Les dépenses militaires de la Chine vont connaître cette année leur plus faible progression en trois décennies, affichant malgré tout une hausse de 6,6% par rapport à 2019, alors que le pays est aux prises avec le ralentissement de son économie dans le sillage de l'épidémie de COVID-19 et s'estime exposé à des menaces croissantes.

Le Premier ministre a donc annoncé l'émission d'un emprunt d'État pour un montant de 1 000 milliards de yuans [soit 128,5 milliards d'euros], auquel s'ajoute un vaste plan d'investissement de 3 750 milliards de yuans (481,8 milliards d'euros).

Une proposition de loi a été déposée vendredi pour permettre au gouvernement central d'appliquer une "loi de sécurité nationale" dans le territoire autonome, rendu par le Royaume-Uni à la Chine en 1997, sans passer par le Conseil législatif local. Une manière pour Pékin de contourner un vieux problème, puisque le Parlement Hongkongais n'avait jamais adopté une telle loi, la population y voyant une menace pour ses droits. Son article 23 prévoit une loi interdisant " la trahison, la sécession, la sédition (et) la subversion ".

Share