Le président américain juge l'OMS de "marionnette" — Donald Trump

Share

Nouveau coup de pression de Donald Trump.

Le président américain Donald Trump a estimé mercredi que "l'incompétence" de la Chine dans la gestion du coronavirus avait provoqué une "tuerie de masse mondiale".

Dans une lettre de quatre pages détaillant ses nombreux griefs avec l'OMS, Trump a appelé le groupe à "démontrer son indépendance vis-à-vis de la Chine", renouvelant une plainte qui l'a conduit en avril à suspendre temporairement le financement américain.

"Si l'Organisation mondiale de la santé ne s'engage pas à apporter des améliorations substantielles importantes dans les 30 prochains jours, je vais rendre mon gel temporaire du financement des États-Unis à l'Organisation mondiale de la santé permanent et reconsidérer notre adhésion à l'organisation", a écrit Trump au directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"Il est clair que les faux pas répétés de votre part et de votre organisation pour répondre à la pandémie ont coûté extrêmement cher au monde".

La Russie a dénoncé mardi des tentatives américaines de "casser" l'Organisation mondiale de la santé (OMS), que Washington accuse de complaisance envers la Chine sur le coronavirus et à qui elle menace de couper les fonds.

Le vote sur la résolution de l'OMS consacrée à l'aide aux pays pauvres devrait se tenir ce mardi 19 mai.

Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a vivement critiqué l'attitude des États-Unis, accusés de " salir les efforts de la Chine face à l'épidémie ".

"J'en prends depuis une semaine et demie (...) je prends un comprimé par jour", a-t-il déclaré soulignant qu'il n'avait "aucun symptôme " du Covid-19.

"Cela ne va pas me faire de mal, c'est utilisé depuis 40 ans pour le paludisme (...), beaucoup de médecins en prennent", a encore dit Donald Trump, alors que les autorités sanitaires américaines ont mis en garde contre l'utilisation de cet antipaludéen en dehors d'un milieu hospitalier ou d'essais cliniques.

Alors que la course au vaccin se poursuit dans le monde, la société américaine biotechnologique Moderna, l'une des plus avancées en la matière, a annoncé lundi des résultats encourageants mais à prendre avec précaution pour son vaccin expérimental chez huit volontaires, avant des essais à grande échelle prévus en juillet.

Par ailleurs, le président américain s'est réjoui des avancées de la jeune société américaine biotechnologique Moderna dans laquelle le gouvernement américain a investi près d'un demi-milliard de dollars.

En pleine rivalité américano-européenne sur un futur vaccin, le président chinois, Xi Jinping, a de son côté assuré qu'un éventuel vaccin chinois contre le coronavirus serait un "bien public mondial ".

Share