Dieselgate : deux dirigeants esquivent un procès en allongeant 9 millions d'euros

Share

Un volet du Dieselgate à la façon Volkswagen se ferme avec la clôture de la procédure pénale engagée contre deux des hauts dirigeants du groupe automobile allemand.

En effet, la procédure lancée l'an dernier visait s'agissait à déterminer à quel moment le directoire du groupe industriel de Basse-Saxe avait été informés de la mise en place des fameux logiciels tricheurs et des risques qui découlaient de cette fumeuse manipulation destinée à l'homologation des moteurs TDI.

Herbert Diess était à la tête de la marque phare VW et M. Pötsch directeur financier le 18 septembre 2015, quand les révélations des autorités américaines avaient plongé l'industrie automobile allemande, pilier de l'économie du pays, dans une crise inouïe qui la poursuit jusqu'à aujourd'hui.

L'ex-patron reste dans sous la menace d'un procès, son cas n'étant pas couvert par l'accord annoncé mardi.

M. Pötsch est toujours visé par une enquête du parquet de Stuttgart pour manipulation de Bourse; l'ancien patron de la marque Audi, Rupert Stadler, attend aussi un procès.

Des investisseurs réclament toutefois encore un dédommagement dans le cadre d'une procédure groupée ouverte en septembre 2018 et qui doit durer encore plusieurs mois.

Cet accord amiable évite une inculpation pour " manipulation du marché " à Herbert Diess, P. -D.G. du groupe VAG, et Hans Dieter Poetsch, chef du conseil de surveillance. L'essentiel de cette somme concerne les Etats Unis puisqu'en Allemagne, seuls 2.3 milliards ont été dépensés jusqu'à présent. Volkswagen prendra en charge le paiement de 4,5 millions d'euros par mis en cause, car il n'a pas identifié de "manquements aux devoirs envers l'entreprise" de la part des deux dirigeants, accusés d'avoir informé trop tard les investisseurs de la fraude sur les voitures diesel, a ajouté cette source.Il ne s'agit que d'une des multiples procédures liées à ce scandale tentaculaire.

L'affaire avait été l'un des nombreux enchevêtrements juridiques dans lesquels Volkswagen s'était retrouvée lors de sa révélation étonnante en 2015 selon laquelle elle avait installé des appareils dans 11 millions de véhicules diesel dans le monde pour les rendre moins polluants lorsqu'ils subissaient des tests d'émissions.

Volkswagen a mis au lit l'un des cas les plus potentiellement dommageables dans son scandale " Dieselgate ", en payant 9 millions d'euros dans un règlement à l'amiable pour empêcher ses deux patrons d'aller en justice pour des accusations de manipulation de marché.

Sachez que ce dossier du Dieselgate a déjà coûté quelques 30 milliards d'euros à Volkswagen.

Share