Le ministre de la Santé libéralise l'hydroxychloroquine — Coronavirus

Share

Le parquet de Nantes a ouvert une enquête après des appels malveillants visant Didier Raoult, médecin à Marseille, désormais connu pour traiter des malades du coronavirus avec un médicament dont l'utilisation fait débat, la chloroquine.

A noter que "pour l'application du présent article, sont considérés comme établissements de santé les hôpitaux des armées, l'Institution nationale des Invalides et les structures médicales opérationnelles relevant du ministre de la défense déployées dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire". "Merci à Olivier Véran pour son écoute".

Des mesures qui s'appuient sur l'avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HSCP) publié mardi qui avait dans un autorisé l'usage de la chloroquine uniquement pour les cas les plus graves. Ses travaux préliminaires, une étude sur les effets de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 sur une vingtaine de patients, ont provoqué des divisions au sein de la communauté scientifique, entre les soutiens de Didier Raoult, et ses détracteurs.

Les médicaments estampillés "Plaquenil" et servant jusqu'ici au traitement de certaines maladies comme le lupus "ne peuvent être dispensées par les pharmacies d'officine que dans le cadre d'une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d'un renouvellement de prescription émanant de tout médecin". Vous ne pourrez donc vous procurer d'hydroxychloroquine que pour les prescriptions initiales, et non pas contre le Covid-19.

Share