Enquête ouverte après des menaces visant le professeur Didier Raoult — Coronavirus

Share

Le maire de Nice, Christian Estrosi, qui avait consulté le docteur Raoult et suivi son traitement à la chloroquine, a également tenu à appeler Emmanuel Macron pour partager son expérience, selon l'hebdomadaire Voici. Le président Français a enfin cédé à la pression relative à la polémique du traitement de la maladie coronavirus par l'hydroxychloroquine. "A titre dérogatoire, "l'hydroxychloroquine et l'association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d'un médecin aux patients atteints par le Covid-19".

Le Premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de la Santé, Olivier Veran, ont signé un décret qui autorise la prescription de l'hydroxychloroquine contre le Coronavirus.

Une première victoire pour le professeur Didier Raoult de l'IHU de Marseille, qui prônait le recours à cette molécule pour traiter le Covid-19. La chloroquine sera prise en charge par la sécurité sociale.

"Le recueil d'informations concernant les effets indésirables et leur transmission au centre régional de pharmacovigilance territorialement compétent sont assurés par le professionnel de santé prenant en charge le patient dans le cadre des dispositions réglementaires en vigueur pour les médicaments bénéficiant d'une autorisation de mise sur le marché". Ces dispositions ne s'appliquent pas à l'approvisionnement des collectivités relevant des articles 73 et 74 de la Constitution et de la Nouvelle-Calédonie.

"Selon le journal français Le Canard enchaîné, l'infectiologue marseillais Didier Raoult, qui teste un protocole de traitement à base d'hydroxychloroquine chez les malades du Covid-19, aurait reçu des menaces de mort".

Share