Coronavirus en France: nouvelle évacuation de patients, l'épidémie s'aggrave

Share

C'est la première fois que le président de la République portait un masque depuis le début de l'épidémie: Emmanuel Macron en a enfilé en arrivant mercredi après-midi à l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse, où il a annoncé une multiplication des tests, qui seront portés à 29 000 par jour, notamment pour les soignants et dans les Ehpad.

Emmanuel Macron a également annoncé la mise en place d'un "plan massif d'investissement et de revalorisation de l'ensemble des carrières" pour l'hôpital, une fois la crise du coronavirus passée.

Paris, France | AFP | jeudi 26/03/2020 - Avec 365 décès supplémentaires en 24 heures, dont celui d'une jeune fille de 16 ans en région parisienne, l'épidémie de coronarivus continue de s'aggraver et de se répandre de façon rapide, ce qui a conduit à une évacuation inédite de patients de l'Est en TGV médicalisé pour alléger la pression sur les hôpitaux de cette région.

Emmanuel Macron s'est exprimé ce mercredi depuis Mulhouse.

Une opération militaire baptisée "Résilience" sera lancé et mobilisera les forces armées pour aider la population touchée par l'épidémie de coronavirus, à l'approche du "pic qui est devant nous".

"Nos armées ont un rôle et je veux les remercier". Ce sont nos agriculteurs, les hommes et les femmes qui sont dans le secteur de l'alimentation, nos caissières, nos livreurs, qui permettent au pays de vivre. Se disant conscient des inquiétudes de ces salariés, en particulier dans la grande distribution, Emmanuel Macron a annoncé qu'il recevrait vendredi 27 mars l'ensemble des partenaires sociaux "pour mieux protéger le travail".

Appelant à "faire bloc " et fustigeant "ceux qui voudraient fracturer le pays ", le président a conclu en saluant la "troisième ligne ", à savoir "tous ceux qui contribuent aussi à l'effort de la nation en restant chez eux".

Autre proposition forte. Le chef de l'État a "décidé, sur proposition de la ministre des armées et du chef d'état-major des armées, de lancer l'opération Résilience " qui sera "entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations, ainsi qu'à l'appui aux services publics ".

Le chef de l'État a déjà mobilisé deux bâtiments de la Marine nationale pour se porter au secours des régions ultramarines. Des porte-hélicoptères doivent être dépêchés "dans le sud de l'Océan indien" et dans "la zone Antilles Guyane". En tout cas, ce seront des moyens "dans la limite de nos capacités ", avait affirmé le premier ministre Edouard Philippe, un peu plus tôt au Sénat.

Share