Attaque de mosquées en Nouvelle-Zélande: le tueur plaide coupable

Share

En Nouvelle-Zélande, l'Australien accusé d'avoir tué 51 personnes en mars 2019 dans deux mosquées de Christchurch a plaidé coupable à tous les chefs d'accusation retenus contre lui.

Brenton Harrison Tarrant, un ressortissant australien âgé de 29 ans qui a été identifié comme un suprémaciste blanc, a été inculpé de 92 chefs d'accusation, notamment pour acte terroriste, meurtres et tentatives de meurtres. Son changement d'avis soudain n'a encore aucune explication à ce stade à l'issue d'une audience organisée à la hâte.

Les attaques à l'arme à feu dans deux mosquées ont provoqué des ondes de choc dans le monde entier; incitant même la Nouvelle-Zélande à appliquer des lois plus strictes sur les armes à feu, une clause de rachat pour que les citoyens remettent leurs armes à un prix.

Pour la Première ministre Jacinda Arden, qui avait décidé de ne jamais prononcer le nom du tueur, cette admission de culpabilité va offrir une sorte d'apaisement aux nombreuses personnes dont les vies ont été meurtries par l'attaque.

Le soulagement était palpable dans la petite communauté musulmane néo-zélandaise à l'annonce de ce plaider-coupable, à l'idée de ne pas avoir à revivre pendant un procès les détails de ce vendredi de mars 2019.

Le procès de Tarrant, qui devait débuter le 2 juin, n'aura donc pas lieu, a précisé le juge Mander. Pour le juge d'instruction, "le plaider-coupable représente une étape très importante vers la finalisation de cette procédure pénale".

" Oui, coupable ", a déclaré Brenton Tarrant. Equipé d'un arsenal d'armes semi-automatiques, il a ouvert le feu successivement dans deux mosquées lors des prières du vendredi, tuant 51 personnes toutes musulmanes, dont des femmes et des enfants.

Des images d'une caméra qu'il a diffusée sur Facebook Live, l'ont montré passer d'une pièce à l'autre, tuant au fur et à mesure. Quelques mois plus tard, il allait encore plus loin pour assurer que seules les personnes "aptes " puissent posséder une arme à feu.

Share