En quoi va consister l’opération "Résilience" — Coronavirus en France

Share

Lorsqu'on engage une guerre, on s'y engage tout entier, dans l'unité.

Alors que le Conseil scientifique préconise "au moins six semaines de confinement" pour limiter la propagation du coronavirus et alors que la France a franchi le cap des 1000 morts, Emmanuel Macron n'a fait aucune déclaration sur un éventuel renouvellement de la période confinement. Emmanuel Macron est lui attendu ce mercredi à l'hôpital de Mulhouse, foyer principal dans l'Hexagone. "Dans le Grand Est, plusieurs centaines de nos compatriotes ont perdu la vie", a-t-il déclaré en premier lieu, avant d'ajouter: "je veux aussi saluer la mémoire des soignants qui ont perdu de leur vie leur engagement".

Emmanuel Macron a appelé à "l'union" pour mener "la guerre" contre l'épidémie de coronavirus, en fustigeant "les facteurs de divisions" et "celles et ceux qui voudraient fracturer le pays", après une visite de l'hôpital militaire de campagne à Mulhouse. "Mais ce soir je voulais être là au côté de nos soignants, de nos malades pour dire que toute la nation est engagée dans ce combat".

Emmanuel Macron remercie l'Allemagne, la Suisse ou le Luxembourg, qui ont accueilli des patients français et rappelle que la France acait également: " C'est cela, l'Europe ". "Les yeux sont cernés, la fatigue est présente, l'angoisse est là pour eux-mêmes, pour leurs collègues pour leur famille, je l'ai vu aujourd'hui avec beaucoup de force". Le montant de la prime évoquée n'a pas été précisé. "Rendant hommage au personnel soignant, le chef de l'État a juré d'être " au rendez-vous de ce que nous devons, au-delà de cette reconnaissance et du respect ".

Le président de la République a également "salué l'ensemble des femmes et des hommes qui sont en deuxième ligne, qui permettent à nos soignants de soigner et au pays de continuer à vivre", citant "ceux qui transportent, qui hébergent, qui nettoient, qui réparent", les agriculteurs ou encore les employés des commerces de première nécessité. " Le président l'a promis, après avoir noté que "beaucoup a été fait, sans doute pas suffisamment vite, pas suffisamment fort ", la réponse sera "profonde et dans la durée ".

Distincte du dispositif Sentinelle qui mobilise quotidiennement jusqu'à 7 000 militaires pour protéger les lieux particulièrement exposés au risque terroriste (lieux touristiques, aéroports, gares, sites religieux...), cette nouvelle opération "sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations, ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie, en métropole et en Outre-mer", a affirmé le chef de l'Etat, en évoquant une aide d'ordre "sanitaire", "logistique" ou encore ayant trait à la "protection" de sites sensibles.

Première décision, le porte-hélicoptères amphibie Mistral sera déployé "immédiatement " dans le sud de l'océan Indien.

Share