La Fed annonce des achats illimités d'obligations et l'aide directe aux entreprises

Share

"La Réserve fédérale a annoncé qu'elle s'engage à utiliser toute sa gamme d'outils pour soutenir les ménages, les entreprises et l'économie américaine dans son ensemble en cette période difficile". Milan reculait de 0,27% et Madrid de 0,36%.

La pression s'était pourtant allégée à la mi-journée, quand la Fed a présenté une série de mesures permettant à de nombreuses entreprises d'accéder à de l'argent frais pour survivre aux "graves bouleversements" économiques provoqués par la pandémie.

La Fed procèdera à des achats de dette "d'un montant nécessaire pour favoriser le bon fonctionnement du marché et la transmission efficace des politiques à des conditions financières plus larges et à l'économie", a-t-elle annoncé dans un communiqué.

La Fed a rappelé qu'elle ferait tout pour aider les marchés à continuer à fonctionner, et lancé un nouveau programme de 300 milliards de dollars d'aides pour "soutenir le flux de crédit aux employeurs, aux consommateurs et aux entreprises".

La Fed a aussi promis de mettre "bientôt en place un programme de prêts aux petites et moyennes entreprises", qui constituent l'essentiel du tissu économique américain, ainsi qu'aux collectivités locales.

Entre l'impasse à Washington sur un plan de relance et la cascade d'avertissements sur résultats, les marchés boursiers avaient débuté du mauvais pied, mais les annonces de la Fed ont permis de réduire les pertes en Europe et Wall Street s'apprêtait à ouvrir en hausse. Le Dow Jones a chuté de 3,04%, au plus bas depuis novembre 2016, et le S&P 500 de 2,93%.

Les mesures de confinement, qui pourraient être durcies ce lundi en France, se sont en outre étendues à la Grèce, à l'Etat américain de New York et à la Nouvelle-Zélande, dont la Banque centrale a par ailleurs annoncé un plan d'achat d'obligations.

Et la série d'avertissements sur résultats ou de mesures d'économies drastiques, comme à Paris pour TF1, Saint-Gobain, Airbus, Vinci, Total, Kering, est venu en témoigner ce matin. Des analystes ont toutefois noté que les annonces de la banque centrale s'étaient traduites par une diminution de primes de risque sur le marché du crédit aux entreprises.

Côté changes, vers 21H00 GMT, l'euro gagnait 0,29% face au billet vert, à 1,0724 dollar, après être tombé en début d'échanges à 1,0636 dollar, un niveau plus vu depuis avril 2017.

Des centaines de milliers de personnes ont déjà déposé une demande d'assurance chômage en Californie seulement, a déclaré le gouverneur de l'Etat ce week-end, et de nombreux analystes prévoient une baisse de la production économique au cours du prochain trimestre, bien pire que la baisse la plus prononcée de la Grande Récession.

Share