De nouvelles restrictions de déplacements — Coronavirus

Share

Edouard Philippe a appelé les Français à limiter leurs déplacements même concernant les visites médicales.

Pour endiguer la propagation du coronavirus COVID-19, Edouard PHILIPPE a annoncé hier soir sur TF1 un durcissement des règles encadrant les déplacements.

Concernant l'évolution du confinement, le Premier ministre a préparé le terrain à une prolongation de cette situation: "Beaucoup de Français aimeraient retrouver le temps normal, le temps d'avant, mais on sent bien que le temps d'avant n'est pas pour demain".

C'est pour contrer le non-respect de ces mesures obligatoires que le gouvernement a décidé de se montrer plus sévère, d'autant que la période de confinement pourrait être prolongée.

Concrètement, la pratique sportive devra être observée désormais dans " un rayon d'un kilomètre autour de chez soi, pour une durée maximum d'une heure, tout seul et une fois par jour ". Il faut indiquer l'heure de sortie sur l'attestation dérogatoire. Deuxième mesure, très attendue, la fermeture de tous les marchés en plein air. Le Premier ministre a néanmoins indiqué: "Mais il sera permis aux préfets sur avis des maires de déroger cette interdiction", lorsque le marché, dans certains villages est la seule possibilité d'avoir "accès à des produits frais".

Au niveau de la santé, il a préconisé que seul "les soins urgents ou qui répondent à la convocation d'un médecin" occasionne une venue au service des urgences. Ces nouvelles règles s'appliqueront dès mardi. Ils seront rendus publiques à l'issue de ce conseil. En les assurant "qu'ils pourront disposer du matériel indispensable, dont les masques, dans la durée ".

Edouard Philippe a également annoncé sa décision de "fermer les marchés ouverts".

En Italie, le confinement décrété il y a tout juste 15 jours, le 9 mars dernier, soit une semaine avant la France, commence à peine à produire ses effets. Et il a déjà duré plus de 60 jours dans la ville de Wuhan, qui commence tout juste à en sortir, et de façon très progressive.

Le coronavirus a tué 860 personnes dans l'Hexagone depuis le début de l'épidémie et 2.082 patients étaient lundi soir en réanimation, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran qui promet des tests de dépistage rapide dans les prochaines semaines.

Share