Un homme tué après avoir avalé du phosphate de chloroquine — Coronavirus

Share

Il y a de bonnes chances que cela puisse avoir un énorme impact.

Le couple n'était pas malade mais voulait se protéger contre le coronavirus. Il n'existe, pour le moment, aucun médicament approuvé pour prévenir ou traiter ce mal. Si les médicaments sont pris sans aucun avantage clair qui est prouvé par la science, "ils ont le potentiel de faire beaucoup de mal", a déclaré le Dr Ben Singer, spécialiste des soins pulmonaires et des soins intensifs au Northwestern Memorial Hospital de Chicago. "Trump disait que c'était pratiquement un remède", confie-t-elle, ajoutant que son mari et elle avaient avalé une cuillère à café de l'additif. La chloroquine, un médicament utilisé pour traiter le paludisme, a été identifiée comme un probable remède efficace contre le COVID-19, après des tests dont les résultats ont été qualifiés de prometteurs. Ce traitement est souvent recommandé lorsque l'on prévoit de se rendre en zone infestée par le parasite du paludisme, transmis par les moustiques.

Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales.

La chloroquine présente de nombreux effets secondaires: nausées, vomissements, éruptions cutanées mais aussi atteintes ophtalmologiques, troubles cardiaques, neurologiques...

Le cas d'automédication dramatique dans l'Arizona n'est malheureusement pas le seul.

En France, l'usage de la molécule pour soigner le coronavirus fait débat. Une petite étude française réalisée par le docteur Didier Raoult a notamment rendu ce médicament célèbre, à tel point que Donald Trump a estimé qu'il "sentait bien" ce traitement.

"Nous sommes inquiets, car la plupart vont s'administrer des médicaments sans aucun encadrement ni aucune idée du dosage dans le cas du coronavirus", a affirmé la responsable. "Nous avons déjà eu deux cas d'empoisonnement hospitalisés à Lagos mais nous allons certainement voir d'autres cas se multiplier dans les prochains jours", déplore-t-elle.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle à la prudence concernant la chloroquine, en raison du faible nombre de patients qui ont eu recours à ce traitement.

Share