Le conseil scientifique propose un confinement de six semaines — Coronavirus

Share

Dans un avis rendu public mardi, le conseil scientifique de l'exécutif sur le Covid-19 a estimé qu'il faudrait poursuivre le confinement pendant encore plusieurs semaines.

Sans ambiguité, dans un avis diffusé mardi 24 mars, le conseil scientifique "considère indispensable de prolonger le confinement".

Interrogé à sa sortie de l'Elysée où Emmanuel Macron a installé cet après-midi le Care - comité analyse recherche et expertise - Olivier Véran, le ministre de la Santé, a rappelé que le comité scientifique ne formulait que des avis et que le délai de six semaines était une "estimation ". "Tant qu'il devra durer, il durera", a déclaré Olivier Véran.

Ils indiquent également ne pas pouvoir donner de date de fin: "Etant donné les incertitudes scientifiques mentionnées sur la dynamique de l'épidémie, il n'est pas encore possible d'anticiper précisément l'évolution de ces indicateurs clés, et donc de proposer une date de sortie de confinement".

Selon le dernier bilan communiqué par le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, le coronavirus a fait 1.100 morts en France depuis le début de l'épidémie. "Le confinement a une vocation: protéger les Français (.) Si nous avons la possibilité de lever le confinement plus tôt, nous le ferons", a-t-il ajouté. "Le confinement doit être strictement mis en oeuvre et bénéficier d'une large adhésion de la population, comme ceci semble être le cas".

"Le confinement est actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l'alternative d'une politique de dépistage à grande échelle et d'isolement des personnes détectées n'étant pas pour l'instant réalisable à l'échelle nationale", écrit par ailleurs le conseil. Trois semaines après le démarrage du confinement sont donc nécessaires pour obtenir une première estimation de son impact. Le gouvernement devra en outre s'assurer que les éléments d'une stratégie post-confinement sont opérationnels. "Il durera vraisemblablement au moins six semaines à compter de sa mise en place", précise le conseil.

Ils recommandent aux "pouvoirs publics de faire preuve d'une entière transparence et de plus de clarté, afin de répondre aux questions que se posent les hôpitaux et les soignants quant aux stocks existants et à la manière dont les services seront approvisionnés".

Share