Coronavirus: urgence en France face à la "vague" qui enfle

Share

Au total, l'Etat a "déjà signé plusieurs commandes pour plus de 250 millions de masques qui sont livrés progressivement". Alors que, il y a une "dizaine d'années", la France s'était équipée d'un milliard de masques chirurgicaux et 600 FFP2, ces stocks n'ont "pas été renouvelés dans la durée" et se sont "réduits année après année". Mais si "le confinement dans la durée, sur quatre semaines permet d'être plus efficace, nous le ferons".

L'avis du Conseil est attendu pour lundi. Lors d'un point presse au ministère de la Santé, samedi 21 mars, Olivier Véran a fait un point - très - détaillé sur la situation en terme de masques de protection en France.

En de nombreuses parties du territoire, des élus locaux ont imposé des mesures pour durcir le confinement, avec notamment des couvre-feux décrétés à Béziers (Hérault), Vallauris, Menton (Alpes-Maritimes) et Roquebrune-sur-Argens (Var), de 22h à 5h du matin, ainsi qu'à Charleville-Mézières (Ardennes) et Perpignan (de 20h à 6h).

Le gouvernement, après avoir donné un tour de vis aux mesures de confinement face à l'épidémie de coronavirus, a demandé l'avis de son conseil scientifique sur la suite à donner à cette mesure drastique et passé commande de plus de 250 millions de masques, dont la pénurie pèse sur les soignants. Des amendes forfaitaires de 135 euros seront dressées en cas de sorties non justifiées.

"Nous avons, dès le début, considéré que la disponibilité en masques allait être une difficulté dans la gestion de cette crise", a assuré Olivier Véran.

L'armée aide aussi en Corse, d'où le porte-hélicoptères Tonnerre de la Marine nationale a évacué dimanche midi 12 patients atteints du Covid-19 vers des hôpitaux marseillais.

Un membre du personnel soignant est décédé du coronavirus, a annoncé le ministre français de la Santé Olivier Véran. Le premier ministre a indiqué que 40 prototypes sont actuellement en cours de tests pour augmenter significativement le nombre de masques... ils vont être produits en masse dans les jours et semaines à venir...

La prolongation du confinement, décrété jusqu'à fin mars, "n'a pas été actée", selon Christophe Castaner.

112 décès supplémentaires en 24 heures.

" Notre message majeur est que le confinement, dans l'état actuel des ressources, est la seule façon de casser la courbe de l'épidémie et d'éviter que le système de soins explose en vol. Ce n'est pas la meilleure des solutions mais c'est la moins mauvaise", a ajouté le président du conseil scientifique.

Le médecin urgentiste est âgé de 68 ans exerçait à Compiègne.

Pour mémoire, on observe des formes graves même chez les plus jeunes, puisque la moitié des personnes hospitalisées en réanimation ont moins de 60 ans. Les six malades ont été pris en charge au CHU de Bordeaux.

"Face à l'urgence et à l'ampleur de l'épidémie", notamment en Ile-de-France, les hôpitaux de Paris (AP-HP) en appellent aux "professionnels médicaux et paramédicaux disponibles dans les semaines à venir" pour renforcer les équipes de ses 39 hôpitaux.

Après quatre jours de débats, le Parlement français a adopté dimanche le projet de loi permettant l'instauration d'un " état d'urgence sanitaire " de deux mois face à l'épidémie, qui encadre la restriction des libertés publiques (confinement, réquisitions...).

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé samedi la suspension générale du jour de carence en cas d'arrêt maladie pendant la durée de l'état d'urgence sanitaire.

La France, où des applaudissements résonnent désormais chaque soir vers 20H00 pour les soignants, s'emploie par ailleurs toujours à organiser le retour d'environ 130.000 ressortissants bloqués à l'étranger.

Share