Le coronavirus pourrait coûter 30 milliards de dollars au secteur aérien

Share

L'épidémie de Covid-19 pourrait entraîner un manque à gagner total de près de 30 milliards d'euros pour les compagnies aériennes en 2020, dont 27,8 milliards pour celles qui exercent dans la zone Asie-Pacifique, a estimé jeudi l'Association internationale du transport aérien (Iata).

Toujours selon les prévisions de l'IATA, en 2020 la demande mondiale de transport aérien baisserait de 4,7%. "Arrêter la propagation du virus est la priorité absolue", souligne dans un communiqué Alexandre de Juniac, pour qui les gouvernements ont un "rôle important à jouer" dans cette crise.

L'association internationale redoute ainsi que le Covid-19 n'entraîne une baisse du nombre de réservations aériennes dans le monde, ce qui serait "une première" depuis la crise financière mondiale de 2008-2009.

Plus tôt dans la journée, Air France-KLM a déclaré s'attendre à ce que l'épidémie ait un impact négatif de 150 à 200 millions d'euros sur son résultat d'exploitation d'ici à avril prochain, en considérant que ses liaisons avec la Chine resteraient suspendues jusqu'à cette date. Selon OAG Aviation Worldwide, le principal fournisseur mondial d'informations numériques de vol, de renseignements et d'analyses pour les aéroports, les compagnies aériennes et les sociétés de voyage, basé au Royaume Uni; ce serait environ 1,7 million de sièges qui auraient été supprimés des services chinois du 20 janvier au 17 février par des compagnies aériennes mondiales.

"Les compagnies aériennes prennent des décisions difficiles pour réduire leur capacité et, dans certains cas, des lignes". À l'époque, le SRAS avait causé une chute de 5,1% du revenu par passager-kilomètre chez les compagnies aériennes d'Asie-Pacifique.

Pour l'association aérienne, tout n'est pas joué cependant pour le secteur aérien. "Nous ne savons pas encore exactement comment l'épidémie se développera ni si elle suivra le même profil que le SRAS ou non", prévient l'Iata, pour qui la baisse des prix du carburant pourrait "contribuer à compenser" les pertes de revenus.

Share