Coronavirus : 15 000 contaminations supplémentaires et 242 nouveaux décès en 24H

Share

La commission de la Santé du Hubei avait fait état dans son bulletin quotidien de jeudi de 242 nouveaux décès et de 14 800 nouveaux cas, mais ces fortes hausses étaient dues selon la commission à une modification du mode de détection. C'est de loin l'augmentation la plus forte enregistrée en 24 heures depuis que la crise a débuté en décembre dans le chef-lieu provincial, Wuhan.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris la défense de Pékin vendredi après les critiques américaines sur le " manque de transparence " de la Chine concernant l'épidémie de nouveau coronavirus.

Selon la Commission de la santé du Hubei, ce bond est dû à une nouvelle définition plus élargie des cas d'infection.

Dorénavant, les malades de la province diagnostiqués cliniquement sont aussi comptabilisés. Les autorités chinoises justifient cette nouvelle méthode par leur "meilleure connaissance" de la maladie et de ses symptômes ainsi que par leur volonté de faire bénéficier au plus vite les patients d'un traitement.

La plupart des décès sont intervenus dans la province du Hubei. Jiang Chaoliang, secrétaire du Parti communiste chinois (PCC) pour la province située dans le centre du pays, a été remplacé par le maire de Shanghai, Ying Yong, a précisé l'agence officielle. Réprimandé par la police qui l'accusait de propager des "rumeurs", il avait lui-même été contaminé.

Des chiffres qui tranchent avec ceux de la veille: la Chine avait fait état du plus faible nombre de nouvelles contaminations depuis près de deux semaines.

" Nous avons un gouvernement qui coopère avec nous, qui invite des experts internationaux, qui a partagé des séquences [du virus], qui continue à œuvrer avec le monde extérieur, qui a publié encore et encore dans des revues médicales internationales crédibles", a souligné le chef du département des urgences sanitaires de l'OMS, Michael Ryan.

Jusqu'à présent, un test de dépistage était indispensable pour déclarer un malade comme un cas " confirmé ".

Le 13 février, le ministère vietnamien de la santé a ainsi annoncé qu'une "mise en quarantaine" de Son Loi, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale vietnamienne, avait été ordonnée pour vingt jours. Plus largement, au niveau international, des dizaines de compagnies aériennes ont réduit ou suspendu totalement les vols en direction ou en provenance de la Chine continentale. Hanoi a également suspendu les nouveaux visas touristiques pour les ressortissants chinois ou étrangers qui ont séjourné en Chine au cours des deux dernières semaines.

Share