Retrait de Griveaux : Edouard Philippe exprime son soutien

Share

Le député Joachim Son-Forget, ex-LREM, a justifié dans une interview sur CNews, ce 14 février, sa décision de relayer le lien vers les vidéos à caractère sexuel de Benjamin Griveaux qui ont poussé celui-ci à retirer sa candidature pour les municipales à Paris. Benjamin Griveaux a annoncé renoncer à la mairie de Paris, ce vendredi 14 février. "Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires: c'est d'abord ma famille, vous l'aurez compris", a-t-il dit dans une déclaration enregistrée en début de matinée au siège de l'AFP. "Depuis plus d'un an, ma famille et moi avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des rumeurs, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées ainsi que des menaces de mort; Ce torrent de boue m'a affecté et, surtout, a fait mal à ceux que j'aime", a déclaré le candidat tête de liste LREM à Paris qui veut protéger sa famille en se retirant de la course à la Mairie de Paris. Si les faits ne relèvent que de la morale, ils ont été mis sur le devant de la scène, notamment relayés par le député Joachim Son-Forget jeudi soir. Comme si cela n'était pas suffisant, hier, un nouveau stade a été franchi.

Une vidéo montrant son sexe et des messages connotés adressés à une femme, qui lui sont attribués, ont été diffusés par un site mercredi soir et peu à peu relayés jeudi sur les réseaux sociaux. "Cela va trop loin", a-t-il poursuivi sans démentir l'authenticité de la vidéo.

Dans les sondages en vue de la bataille pour conquérir l'Hôtel de Ville de Paris, le représentant du parti présidentiel n'arrivait qu'en troisième position, derrière la maire socialiste sortante, Anne Hidalgo, et la candidate du parti de droite Les Républicains, Rachida Dati.

Votre site est à l'origine de la démission de Benjamin Griveaux, quel était votre objectif? "Ressaisissons-nous collectivement ou nous allons tous nous noyer dans la fange", prévient aussi l'essayiste et eurodéputé de gauche Raphaël Glucksmann. L'avocat a suggéré à l'ancien candidat "d'engager des poursuites contre toute publication" qui ne respecterait pas sa vie privée.

Piotr Pavlenski dit avoir voulu ainsi " dénoncer l'hypocrisie " de Benjamin Griveaux.

Si d'après des témoins, cités par le média, la bagarre a éclaté après que Piotr Pavlenski a donné un coup de poing à un convive et s'est ensuite emparé d'un grand couteau, tentant de "porter des coups avec cette arme", l'"artiste" affirme l'avoir reposé après l'avoir brandi pour "dissuader "des provocateurs" de le frapper".

Se pose désormais le choix de son successeur.

Share