Pour les vacances, Omar Sy fait le conte

Share

L'idée est séduisante, mais Michel Hazanavicius (OSS 117) peine à insuffler de la magie à son univers virtuel, trop clinquant. Réal.: Michel Hazanavicius. Avec Omar Sy, Bérénice Bejo, François Damiens, Théo Hellermann.

Sofia vit seule avec son père qui, chaque soir, lui invente une histoire dont elle est l'héroïne, et lui, le Prince courageux.

Veuf depuis quelques années, Djibi (Omar Sy) élève seul sa fille Sofia, 8 ans, à qui il raconte une histoire différente tous les soirs pour l'endormir. Mais un jour Sofia a 12 ans... Maintenant, elle veut se raconter ses histoires toute seule. Cet amour pour le cinéma américain, le président du Grand jury du festival de Deauville de 2017 le prouve encore aujourd'hui avec son Prince oublié incarné par le comédien français le plus en vue outre-Atlantique, Omar Sy.

Tout bascule lorsque la fille grandit et entre au collège. Les trouvailles pour passer du monde réel au rêve manquent de panache.

Le côté conte fantastique, lui, met en scène un monde imaginaire coloré qui ressemble à un décor géant de cinéma, dans lequel le Prince porte une collerette façon fraise du XVIe siècle et des collants aux rayures mauves et jaunes, avec des oiseaux invisibles, un éléphant tricotté, un homme-aquarium, un poulpe en peluche et un Pritprout (François Damiens) plus complice que méchant. Le postulat de début du film est étonnant car il s'agit de représenter joyeusement une cellule familiale resserrée autour du couple père-fille après la mort précoce de la mère en constatant peu à peu que tout, dans le récit du monde onirique, conduit en direction des tunnels où erre sans fin le peuple des limbes, les désormais sans-grade, les ringards, les disparus, vieux jouets, amours anciennes.

"J'ai voulu m'adresser d'abord aux enfants, sans pour autant oublier les parents qui les accompagnent", ajoute-t-il.

C'est franchement l'un des films les moins mémorables de l'auteur de "The Artist", qu'on a connu plus inspiré.

Share