France: la direction de l'académie des César annonce sa "démission collective"

Share

Deux cents personnalités du cinéma français parmi lesquelles Omar Sy, Bertrand Tavernier, Céline Sciamma ou Agnès Jaoui avaient réclamé une " réforme en profondeur " de l'Académie des César, dans une tribune publiée lundi soir sur le site du Monde.

La direction des César a annoncé jeudi soir sa " démission collective", à 15 jours de la prochaine cérémonie annuelle, sur fond de crise, entre dénonciation de l'opacité de la gestion de l'Académie et la polémique Polanski. Cette démission collective permettra de procéder au renouvellement complet de la direction, a expliqué l'Académie par voie de communiqué.

La liste des membres de l'Académie, constituée de 4700 professionnels du cinéma, est confidentielle.

Le ministre de la Culture a déjà fixé un cap en souhaitant que la nouvelle direction puisse "permettre de représenter le cinéma français dans toutes ses esthétiques et sa diversité".

L'Académie est elle-même régie par l'APC, dont les membres sont les professionnels ayant reçu un Oscar, les anciens présidents et plusieurs autres personnalités, soit 47 membres.

Prenant acte de ces critiques, le conseil d'administration de l'Académie des César avait indiqué le lendemain qu'il allait saisir le Centre national du cinéma (CNC) " afin de nommer un médiateur en charge d'une profonde réforme des statuts et de la gouvernance de l'Académie ".

Pour faire face à la crise, Alain Terzian, qui semblait jusque là indéboulonnable, avait annoncé des mesures en vue d'instaurer la parité au sein du collège des votants (35% de femmes actuellement), du conseil d'administration (28,5% de femmes) et de l'APC (17% de femmes). Alix Béranger, cofondatrice de La Barbe propose ainsi quelques mesures, faisant référence à la récente polémique autour des 12 nominations du film J'accuse de Roman Polanski, accusé d'agressions sexuelles. "Célébrer un agresseur comme Polanski, c'est soutenir le système d'impunité des violences masculines, et museler la parole des victimes", avaient écrit les associations féministes.

Le collectif La Barbe appelle toujours à un rassemblement devant la salle Pleyel, le jour de la cérémonie des César, le 28 février.

Le réalisateur franco-polonais sera "a priori" à la cérémonie.

Share