Donald Trump félicite son ministre de la Justice

Share

Sur la défensive depuis la révision à la baisse des recommandations de peine à l'encontre de Roger Stone, un ami du président, M. Barr, qui est régulièrement couvert d'éloges par le locataire de la Maison-Blanche, a tenté dans un entretien accordé à la chaîne ABC de reprendre la main.

Le président américain Donald Trump n'en finit pas de faire parler de lui dans la presse internationale.

Donald Trump a félicité mercredi son ministre de la Justice Bill Barr d'être intervenu en faveur de son ex-conseiller Roger Stone, qui a bénéficié d'une recommandation de peine moindre que celle initialement requise par les procureurs fédéraux. Par ailleurs, après un avis consultatif des procureurs, un juge fédéral annoncera la peine de Roger Stone le 20 février prochain.

Dans une motion transmise mardi au juge, le procureur Aaron Zelinsky, un des membres de l'équipe du procureur spécial Robert Mueller, qui a instruit l'enquête russe, a signifié son retrait de l'affaire, sans en préciser la raison.

Ils n'ont pas donné d'explication à leur décision, mais l'un d'eux a même démissionné de son poste.

Suspecté d'avoir fait pression sur des procureurs censés être indépendants, Donald Trump a nié toute intervention. "Je ne leur ai pas parlé", a-t-il réagi depuis le Bureau ovale, ajoutant qu'il n'avait "pas du tout été impliqué".

Mais les recommandations étaient "ridicules", "honteuses" et "une insulte à notre pays", a-t-il martelé.

"L'opposition démocrate, elle, a réagi en dénonçant un possible " abus de pouvoir ". La situation a suscité la réaction de la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi.

Le département de la justice américaine a également estimé que les recommandations de ceux-ci " ne seraient pas adaptées ou ne serviraient pas les intérêts de la justice ".

Dans ce document, "des recommandations de peine amendées et supplémentaires du gouvernement", le ministère cite l'exemple d'une peine compris entre 3 et 4 ans, "de 37 à 46 mois", une durée selon lui "plus adaptée aux peines typiquement imposées dans les affaires d'obstruction". Le ministère de la Justice a affirmé que cette décision avait été prise avant le tweet de Donald Trump. "Roger Stone a entravé l'enquête du Congrès sur l'interférence russe de 2016, a menti sous serment et a subordonné des témoins".

La nomination du ministre actuel, Bill Barr, avait été perçue comme la volonté par Donald Trump de mettre à la tête de la Justice quelqu'un qui lui serait loyal.

Share