Le bilan passe à 813 morts — Chine / Coronavirus

Share

L'épidémie de pneumonie virale, apparue dans la province de Hubei, a contaminé 31 161 personnes en Chine continentale, et parmi elles 636 en sont mortes, selon un dernier bilan officiel.

Le bilan actuel des personnes ayant perdu la vie à cause de ce virus est supérieur à celui du virus Sars (inflammation pulmonaire aiguë) ayant frappé la Chine et HongKong au cours des années 2002 et 2003. En effet, même s'il est trop tôt pour en conclure que l'épidémie a dépassé son pic, le nombre de contaminations semble se stabiliser.

Une stabilité dans la progression de l'épidémie se confirme.

De nombreux pays du monde ont multiplié les restrictions à l'entrée des personnes en provenance de Chine et déconseillé les voyages dans ce pays. En France, 5 nouveaux cas "sans gravité" ont été détectés ce samedi.

La municipalité de Wuhan a accordé à sa famille 800.000 yuans (104.000 euros) au titre de " l'assurance couvrant les accidents au travail", selon l'agence Chine nouvelle. Les récalcitrants encourent six mois de prison. Les systèmes d'aération par soufflerie doivent rester éteints.

Des passagers masqués marchent devant la gare de Shanghai, en Chine. En visite cette semaine à Wuhan (centre), épicentre de l'épidémie, la vice-Première ministre Sun Chunlan a ordonné aux autorités locales d'adopter des mesures de " temps de guerre " pour rechercher les habitants atteints de fièvre en ratissant les quartiers.

Foyer de l'épidémie, la métropole de Wuhan reste quant à elle placée en confinement de même que plusieurs communes voisines, prenant des allures de villes fantômes. Je pense que cet effort est remarquable, a estimé samedi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Des milliers de voyageurs et de membres d'équipage sont consignés sur deux navires de croisière en Asie.

Plus d'une centaine de personnes ont été évacuées mardi d'une tour d'habitation de 35 étages à Hong Kong. Le médecin, décédé du coronavirus, fait désormais figure de martyrface à des responsables locaux accusés d'avoir caché les débuts de l'épidémie. Et plus de 40.000 personnes qui ont été contaminées par cette maladie qui fait ravage dans le continent Asiatique, selon les autorités du pays. Londres avait auparavant conseillé aux quelque 30.000 Britanniques se trouvant en Chine de quitter le pays pour minimiser leur exposition au virus apparu en décembre. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que 82% des cas répertoriés étaient considérés comme mineurs, 15% graves et 3% " critiques", moins de 2% des cas s'avérant mortels.

L'OMS cherchait un nom court, prononçable partout et, surtout, ne stigmatisant personne. La décision devrait intervenir dans les prochains jours.

Share