"Ministre moralisatrice", "faits horribles", "des minables"... Didier Gailhaguet se défend — Patinage

Share

La ministre des Sports a également demandé lundi à Didier Gailhaguet - inamovible président de la Fédération française des sports de glace (FFSG) depuis 1998, à l'exception de la période 2004-2007 - de démissionner. Une ministre des sports "moralisatrice ". "Je mesure totalement la gravité des faits", a-t-il souligné.

Sur ces faits, Didier Gailhaguet avait auparavant lancé: "je n'ai pas de mots pour décrire mon dégoût".

Ce constat fait, Didier Gaihaguet s'est ensuite employé à défendre l'ensemble des membres de sa fédération, qui ne sont pas, selon lui, "un ramassis de pervers sexuels qui ont la culture du viol", s'en prenant à l'article de L'Obs consacré à la maison de la rue de Rueilly. " Depuis quand, dans ce pays, a-t-on supprimé la présomption d'innocence?"

"Mme la ministre ne m'a pas entendu, elle est drapée dans ses certitudes ", a déclaré Didier Gailhaguet lors d'une conférence de presse, évoquant pêle-mêle "une fédération accusée, une ministre moralisatrice et des opportunistes de circonstances que l'on n'a pas vus dans les patinoires depuis 10 ans".

" Il n'y a pas eu un seul cas sous ma présidence qui n'ait pas été traité ", a-t-il poursuivi, se disant " sali par des minables qui ne connaissent ni mon travail ni l'homme ".

Après les accusations, place à la contre-attaque pour Didier Gailhaguet. 28 sports ont été concernés par des affaires sur des mineurs de moins de quinze ans. "Le sport français et international est victime de ce fléau". "Je n'avais jamais entendu parler de viol sur les personnes d'Hélène Godard et Sarah Abitbol", a-t-il assuré. Ils sont affreux, inadmissibles, nous ne les supportons pas, ajoute le dirigeant. "(...) Vous ne verrez jamais mon nom dans des affaires de violence, de maltraitance de l'enfant ou de l'adolescent". Dans ce courrier adressé à Didier Gailhaguet, les parents d'une jeune espoir d'Angers s'indignent d'un épisode survenu quelques mois plus tôt à La Roche-sur-Yon, lors d'un stage d'été du club parisien des Français Volants.

Mardi soir, à l'issue d'une réunion du bureau exécutif de la Fédération française des sports de glace (FFSG), M. Gailhaguet a annoncé qu'il ne prendrait pas de décision sur une éventuelle démission avant la fin de l'inspection administrative demandée par la ministre. "Mais elle souhaitait parler à la ministre, ce qui je lui ai vivement conseillé de faire". La thèse du copinage, bonjour! (.) Je pense que Madame Buffet a été une bonne ministre, mais sur ce dossier, ses services ont dysfonctionné. Il a par ailleurs affirmé qu'il avait lui-même demandé une enquête administrative au ministère des Sports, en 2000, sur l'entraîneur, à l'époque déjà controversé. Voici les moments forts de son intervention. Je vous laisse juger.

"Il est aujourd'hui évident que Monsieur Beyer n'a plus sa place dans l'équipe fédérale", concluent-ils, en s'appuyant sur ses "comportements douteux" et ses "relations conflictuelles". Il a été blanchi par l'enquête de police. "Il m'est demandé de démissionner à propos de faits qui remontent à trente ans, que je connais depuis une semaine et demie". Mis sous pression par Roxana Maracineanu, le président de la Fédération Française des Sports de Glace (FFSG) s'est exprimé face à la presse.

Share