Coronavirus: le bilan passe à 490 morts en Chine

Share

Le dernier bilan de l'épidémie du coronavirus en Chine fait désormais état de 490 morts avec 65 morts supplémentaires en seulement 24 heures.

Si parmi les cas de contamination confirmés, la plus jeune personne est un nourrisson d'un mois, alors que la plus âgée avait 90 ans, la première victime du nouveau coronavirus était bien représentative des personnes décédées depuis le début de cette pneumonie virale: c'était un homme, âgé de plus de 60 ans, et en mauvaise santé.

Plus de 97% des victimes du nouveau virus sont originaires du Hubei (centre), où un marché vendant des animaux vivants dans la capitale provinciale, Wuhan, serait l'épicentre de l'épidémie.

Hors de Chine, la pneumonie a provoqué un seul décès jusqu'à présent, rendu public dimanche: un Chinois arrivé aux Philippines en provenance de Wuhan.

Par contraste, près de 200 cas de contamination ont été identifiés en dehors de Chine dans une vingtaine de pays, Hong Kong -territoire chinois semi-autonome - faisant par ailleurs état mardi de son premier décès.

Après notamment la mise en quarantaine de facto d'une grande partie du Hubei et de ses plus de 50 millions d'habitants, trois agglomérations de la province orientale du Zhejiang, à plusieurs centaines de kilomètres de Wuhan, ont rendu publiques de nouvelles dispositions en vue de limiter les déplacements.

Alors que sa responsabilité a d'abord été rejetée sur les autorités locales en particulier celles de Wuhan, le gouvernement chinois a admis hier des "insuffisances".

Face à un système de santé débordé, Wuhan a accueilli ses premiers malades dans un nouvel hôpital construit en dix jours et qui compte 1.000 lits.

À l'image de Wenzhou, les villes de Taizhou et trois disctrics de Hangzhou, dans l'est de la Chine, ont mis en place des mesures de confinement pour éviter la propagation du nouveau coronavirus. Un second de ce type devrait ouvrir dans les prochains jours.

Les Bourses de Chine continentale ont toutefois nettement rebondi mardi, au lendemain d'un spectaculaire plongeon, rassurées par les mesures de la banque centrale pour contenir l'impact économique de l'épidémie.

Un premier malade a aussi été signalé à Bruxelles parmi les passagers de l'avion ayant rapatrié dimanche de Wuhan quelque 250 personnes majoritairement européennes. Les congés du nouvel an lunaire ont été étendus jusqu'en fin de semaine dans de nombreuses provinces et la plupart des entreprises et usines resteront fermées jusqu'au 9 février au moins.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a, elle, engagé mardi à Vienne des discussions avec la Russie sur de nouvelles baisses de production pour enrayer l'effondrement des cours du brut face à la forte baisse attendue de la demande mondiale.

Share