Bernie Sanders affirme être en tête, selon ses propres chiffres — Etats-Unis

Share

Le sénateur affirme être en tête devant le modéré Pete Buttigieg, selon ses propres chiffres partiels publiés dans la nuit de lundi à mardi.

S'adressant à ses partisans à Des Moines, le candidat démocrate à la présidence a dit: "ce soir, un espoir improbable est devenu une réalité indéniable". Les électeurs de cet Etat du Middle West se sont rassemblés dans plus de 1.600 écoles, salles municipales et autres bâtiments publics pour participer à la désignation de l'adversaire de Donald Trump lors de l'élection présidentielle du 3 novembre prochain.

Le parti démocrate de l'Iowa a justifié la retenue des résultats par des " incohérences " dans les chiffres, et expliquait vouloir s'assurer de la fiabilité des données, mais restait quasi-muet.

Un ratage technique préjudiciable qui prive les candidats de l'élan créé habituellement par ce vote, qui lance les primaires depuis les années 1970.

Elles placent " Bernie " en tête avec 28,62 % devant Pete Buttigieg (25,71 %) et la sénatrice Elizabeth Warren (18,42 %), elle aussi à la gauche du parti. Suivent, dans les intentions de vote, l'ex-maire de South Bend (Indiana) Pete Buttigieg, puis les sénatrices Elizabeth Warren et Amy Klobuchar, sur un total de onze candidats encore en lice.

Pete Buttigieg
Pete Buttigieg

La frustration était palpable, dans un pays qui a connu d'autres déboires dans l'organisation d'élections.

Mike Wieskamp organisait le coin des soutiens de Joe Biden. "L'application censée transmettre au parti les résultats des caucus n'a pas marché, tout comme le système téléphonique de secours ", a-t-elle protesté. Il est important parce qu'il est le premier: le nombre de délégués en jeu est négligeable (ce sont ces délégués qui désigneront in fine le candidat investi), mais un bon résultat ou une contre-performance peut changer la dynamique d'une candidature.

Du côté des candidats démocrates, on se voulait philosophe.

Les partisans des autres candidats, qui n'avaient pas franchi le seuil de 15% au premier tour, se sont alors convertis en prises ultra-convoitées, les groupes de finalistes tentant de les convaincre de les rejoindre.

"Pour Brody Diehn, 22 ans, " Bernie " est " le meilleur pour s'élever contre la corruption de notre gouvernement ". Et les divisions raciales et générationnelles sont bel et bien présentes au sein des électeurs du parti, comme cela était le cas en 2016: M. Biden est en tête chez les démocrates noirs, tandis que les Blancs sont profondément divisés. "On élit les mêmes personnes année après année, et c'est un échec", lâche-t-il. Donald Trump a de fait remporté le caucus républicain dans cet État - une simple formalité. Les journaux américains ne pouvaient afficher sur leurs unes mardi aucun vainqueur, et l'actualité politique se détournera vite sur le discours sur l'état de l'Union que prononcera le président républicain au Congrès mardi soir - avant son acquittement prévu mercredi au Sénat dans son procès en destitution. Le milliardaire Michael Bloomberg, ex-maire de New York, fait lui l'impasse sur ces " caucus " et concentre son immense fortune sur des États votant plus tard et qui rapportent beaucoup de délégués en vue de l'investiture.

Share