Boeing enregistre sa première perte annuelle depuis 1997 (afp)

Share

Des résultats catastrophiques largement imputables à la crise du 737 MAX, cloué au sol depuis le 13 mars 2019 suite aux crashs successifs de deux appareils qui avaient causé la mort de 346 passagers et membres d'équipage. Depuis, le constructeur déployait des trésors d'énergies, de diplomatie et de finances pour renverser la tendance et sauver son modèle; mais à quel prix?

Boeing a aussi annoncé ce mercredi inscrire dans ses comptes des charges supplémentaires d'environ 9,2 milliards de dollars, en raison de l'immobilisation au sol du 737 MAX, qui l'a conduit à en suspendre temporairement la production et les livraisons.

L'avionneur a fait savoir la semaine dernière qu'il n'espérait pas obtenir l'autorisation de remettre en service le 737 MAX avant la mi-2020, un délai revu à la hausse par rapport à ses précédentes estimations. Les coûts liés à l'interdiction de vol pourraient en effet dépasser les 18 milliards de dollars.

Et la nouvelle année, ne présageait pas d'un retour rapide à la normale.

" Nous sommes conscients que nous avons beaucoup de travail", a reconnu David Calhoun, le nouveau PDG de Boeing. Car pendant longtemps, selon des observateurs, la ligne managériale de la société avait d'abord été de " réduire les couts " et de faire un maximum de profit.

Lors de la publication des résultats, Boeing a également donné le détail de la perte colossale consécutive de la crise du 737 MAX.

En 2019, l'avionneur a ainsi enregistré une perte nette de 636 millions de dollars contre un bénéfice net de 10,5 milliards en 2018.

Le 737 MAX est l'avion le plus important de Boeing.

La facture s'élève désormais à 18,4 milliards de dollars, dont près de la moitié porte sur les indemnisations des compagnies aériennes qui ont dû annuler des dizaines de milliers de vols.

Pour faire face aux coûts galopants, Boeing est parvenu à sécuriser un prêt d'au moins douze milliards de dollars auprès de grandes banques américaines, ont indiqué à l'AFP des sources bancaires.

Boeing a annoncé au titre du quatrième trimestre un free cash flow négatif de 2,67 milliards de dollars alors qu'il avait été positif de 2,45 milliards un an plus tôt. Ainsi que des sous-traitants comme General Electric et Safran, qui fabriquent le moteur de l'avion (un manque à gagner de 1,4 milliard de dollars), ou encore Sprit AeroSystems, spécialiste des fuselages, qui supprimer des milliers de postes en raison de la suspension du 737 MAX. Depuis sa création, il s'agit de la quatrième fois que Boeing enregistre des pertes, la dernière fois c'était en 1997. Le chiffre d'affaires a reculé de 44% à 57,5 milliards de dollars, seulement 380 avions ayant été livrés aux compagnies aériennes contre 806 en 2018.

Share