Un 2e avion de rapatriement a quitté Paris — Coronavirus

Share

À ses côtés, son ami qui habite dans une ruelle juste en dessous du centre de vacances, est plus virulent: "Des gens vont être au contact avec eux pour la nourriture, les poubelles. Maintenant, la vie reprend son cours, et ça se passe plutôt bien", poursuit Marc Zyltman. Par exemple, ils sont en train de jouer au volleyball avec les animateurs de la Croix-Rouge.

Le trajet s'est déroulé dans le calme, sans mesure sanitaire particulière à l'exception d'une distribution de masques chirurgicaux qui devaient être changés régulièrement par les passagers après s'être désinfecté les mains.

Samedi, aux abords du centre Vacanciel, les gendarmes continuaient de surveiller étroitement l'unique entrée du site, au milieu d'une pinède, dans une calanque à plus de 3 kilomètres du centre-ville de Carry-le-Rouet. Un arrêté préfectoral interdit le survol de la zone, y compris par des drones, jusqu'à mardi.

Les parents d'un étudiant rapatrié sont venus lui apporter un sac de voyage contenant des vêtements propres.

Vendredi soir, les rapatriés, des Français en grande majorité, ont chacun pris possession de chambres individuelles à la décoration moderne et minimaliste, a décrit un journaliste de l'AFP lui aussi confiné après une semaine de reportage à Wuhan.

Un avion ramenant environ 200 Français évacués de Wuhan, foyer de l'épidémie de coronavirus, est attendu ce vendredi à la mi-journée sur la base aérienne d'Istres, dans le sud-est de la France, a-t-on appris auprès du commandement de la base. Ils seront alors placés à l'isolement pendant 14 jours, afin de s'assurer qu'ils ne développent aucun symptôme de la maladie, explique la chaîne de télévision locale.

Le personnel médical présent à Carry-le-Rouet comprend une vingtaine de personnes - médecins, infirmiers, psychologues - épaulés par des militaires de la sécurité civile et 30 volontaires de la Croix-Rouge, notamment chargés des questions logistiques.

Vendredi soir, l'inquiétude a été levée sur le sort de deux des passagers de l'avion, hospitalisés en raison d'une suspicion de contagion, qui ont été testés négativement au coronavirus.

Share