Le Royaume Uni quitte officiellement l'UE

Share

Le Royaume-Uni est sorti vendredi soir de l'Union européenne, mettant fin à 47 ans de mariage houleux et ouvrant, après trois ans et demi de déchirements, une nouvelle page incertaine de son histoire.

"La chose la plus importante à dire ce soir, c'est que ce n'est pas la fin, mais le début, le moment où l'aube pointe et le rideau se lève sur un nouvel acte de notre grand drame national", a-t-il ajouté, lyrique, promettant "le début d'une nouvelle ère de coopération amicale" avec l'Union européenne.

Ca y est c'est fait! en cette minute même, le Royaume uni n'est plus européen.

Il marque surtout le début d'une deuxième saison dans la longue saga du Brexit: celle des complexes négociations sur les liens qui uniront Londres et Bruxelles en matière commerciale, de sécurité ou de pêche après la transition.

Face au refus catégorique de Londres d'autoriser un nouveau référendum sur l'indépendance, elle s'est dite déterminée à amplifier la bataille, envisageant également de défendre le droit d'organiser un vote consultatif devant les tribunaux. Ou au contraire proximité forte avec des Européens qui restent des partenaires incontournables?

"C'est une honte" que l'Ecosse quitte l'UE contre sa volonté, peste Joe Harrow, guide touristique de 62 ans.

Le départ du Royaume-Uni de l'UE est "un choc" et "un signal d'alarme historique" pour "l'Europe toute entière", a déclaré vendredi le président français Emmanuel Macron dans la soirée. Pour que la séparation se fasse en douceur, le Royaume-Uni continuera d'appliquer les règles européennes, sans avoir voix au chapitre, durant une période de transition jusqu'au 31 décembre.

"Champion du Brexit, élu à une large majorité en décembre sur la promesse de le réaliser, le conservateur souhaite " unifier " pour aller " de l'avant ". Un calendrier jugé très serré à Bruxelles. Il a réussi là où la précédente locataire de Downing Street, Theresa May, avait échoué. "À défaut de conditions équitables dans les domaines de l'environnement, du travail, de la fiscalité et des aides d'État, il ne saurait y avoir de large accès au marché unique", ont prévenu les responsables de l'UE - Commission, Conseil et Parlement européens - dans une tribune publiée dans la presse européenne.

Le gouvernement britannique compte profiter de ce qu'il présente comme sa liberté retrouvée pour contrôler plus strictement l'immigration et se rapprocher d'autres grandes puissances, au premier rang desquelles les Etats-Unis de Donald Trump, qui fait miroiter à Londres un accord "magnifique".

Share