Apple et Broadcom condamnés à régler 1,1 milliard de dollars à Caltech

Share

Mercredi à Los Angeles, Apple et le fabricant de semi-conducteurs Broadcom ont été condamnés à verser 1,1 milliard de dollars d'indemnités à une université californienne.

L'Institut de technologie de Californie, le célèbre Caltech de Pasadena, près de Los Angeles, avait entamé des poursuites en 2016, affirmant que les produits Apple, comme les iPhone, tablettes iPad ou ordinateurs Mac, renfermaient des composants électroniques fabriqués par Broadcom qu'il accusait d'avoir enfreint ses brevets. Des brevets qui couvrent notamment plusieurs technologies liées aux échanges de données sans fil et au Wi-Fi. La firme à la pomme est donc condamnée à payer 837 millions de dollars, quand Broadcom devra verser 270 millions. C'est également le plus gros montant de l'année lié à une affaire de brevets et le sixième de tous les temps.

Sans surprise, Apple et Broadcom annoncent déjà vouloir faire appel de la décision mais ce dénouement, qui montre aussi que les géants ne sont pas à l'abri d'infortunes, pourrait servir de référence pour déclencher de nouvelles plaintes. "Nous sommes heureux que le jury ait considéré qu'Apple et Broadcom ont violé les brevets de Caltech", écrit-elle dans un communiqué transmis à l'AFP et repris par Le Monde. Quant à Apple, ses avocats estiment que la condamnation n'est fondée que sur la présence de ces puces Broadcom dans ses terminaux et, qu'en conséquence, l'entreprise qui n'est ici que cliente ne devrait même pas être inquiétée dans cette affaire. Broadcom va donc continuer d'équiper les appareils Apple avec ses puces radio, qui leur assurent la connectivité Wi-Fi et Bluetooth, pendant au moins trois ans et demi.

Mais les relations entre les deux entreprises sont plus profondes qu'elles laissent paraître et Apple n'avait pas hésité à apporter son soutien à Broadcom lors de sa tentative de rachat de Qualcomm, le spécialiste des puces mobiles, qui avait finalement été bloquée par le gouvernement américain au nom de la sécurité nationale.

Share