170 morts en Chine, les rapatriements se multiplient — Coronavirus

Share

Un chiffre qui dépasse désormais le nombre d'infections enregistré lors de l'épidémie de Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003, un précédent coronavirus qui avait contaminé dans le pays 5.327 personnes.

Plus d'un millier de cas supplémentaires ont été répertoriés mercredi dans la province du Hubei, foyer de l'épidémie, où les autorités ont fait part jeudi de 37 décès supplémentaires dus au virus, soit 162 au total dans la province.

Parallèlement, la liste des pays touchés s'allonge, les derniers en date étant les Emirats arabes unis et la Finlande. "Il ne s'agit pas d'un vote de défiance à l'égard de la Chine", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) va organiser une réunion pour déterminer si l'épidémie "constitue une urgence de santé publique de portée internationale". Un signe est inquiétant: des transmissions interhumaines ont été enregistrées dans trois pays en dehors de Chine.

De leur côté, une vingtaine d'Etats étrangers ont annoncé environ 80 cas confirmés au total sur leur sol, dont une cinquième personne mercredi en France.

La compagnie aérienne britannique British Airways a elle aussi annoncé mercredi la suspension immédiate de tous ses vols vers la Chine continentale. "Une des trois personnes rapatriées testées positives a développé des symptômes, mais pas les deux autres", a expliqué le ministre de la Santé.

Un premier avion français a décollé dans la nuit de mercredi à ce jeudi pour Wuhan. Ils s'ajoutent aux huit cas déjà recensés dans l'archipel.

D'autres pays planifient des opérations similaires: l'Italie a annoncé l'envoi d'un avion jeudi à Wuhan, Berlin prévoit l'évacuation de quelque 90 Allemands "dans les prochains jours" et le Canada va également affréter un avion. Près de 600 citoyens européens veulent aussi être évacués de Chine, a annoncé mercredi la Commission européenne. Australie et Royaume-Uni envisagent également des évacuations. Pas d'autre choix: "il fallait que j'achète à manger", a raconté à l'AFP un des rares piétons à s'aventurer dans les rues.

Dans le reste de la Chine, où les congés du Nouvel an lunaire ont été prolongés jusqu'au 2 février, la plupart des habitants, effrayés, désertent centres commerciaux, cinémas et restaurants. Tout comme Les Championnats du monde en salle d'athlétisme, prévus à Nankin en Chine du 13 au 15 mars, qui ont été repoussés à 2021, en raison de l'épidémie de coronavirus, a annoncé mercredi World Athletics (ex-IAAF).

Alors que la recherche d'un vaccin - entamée notamment par plusieurs laboratoires et firmes aux Etats-Unis - devrait prendre des mois, des scientifiques de l'Institut Doherty en Australie ont annoncé être parvenus à répliquer en laboratoire le coronavirus, une étape considérée cruciale.

Au-delà du secteur aérien, l'épidémie actuelle de pneumonies virales crée des incertitudes pour l'ensemble des perspectives économiques mondiales, a souligné mercredi le président de la Fed, la banque centrale américaine, Jerome Powell.

Share