Huawei signe un accord avec TomTom pour une alternative à Google Maps

Share

Le fournisseur de services de navigation TomTom livrera ses cartes et d'autres produits encore au fabricant chinois de smartphones Huawei.

L'objectif de cet accord est bien évidemment de remplacer Google qui malheureusement a perdu un contrat juteux avec Huawei.

Pour ce dernier, ce partenariat est également intéressant. La firme de Shenzhen a en effet annoncé avoir conclu un accord pour utiliser les services de la société de navigation numérique TomTom dans ses futurs appareils. Il y a de fortes chances que TomTom conserve certaines des fonctionnalités premium et laisse Huawei exécuter une version édulcorée de son application. Il faut noter qu'après avoir été mis sur liste noire par l'administration du président américain Donald Trump l'année dernière pour des raisons de sécurité nationale, la situation était telle que le chinois se voyait interdit d'utiliser le système d'exploitation Android officiel de Google, ainsi que des applications largement utilisées telles que Google Maps, dans ses nouveaux téléphones.

TomTom a déjà fourni des données pour Apple Maps.

Reste donc maintenant à Huawei à trouver une alternative à Google, à Gmail, à YouTube et au Play Store!

Qui a la meilleure cartographie en dehors de Google? Avec TomTom, Huawei peut continuer à proposer un service de navigation à ses utilisateurs.

Contrairement à Google Maps, TomTom Maps est basé sur un modèle basé sur un abonnement et avait même un matériel dédié. Il est probable que Huawei attende les élections présidentielles américaines, qui auront lieu en novembre, avant de se lancer à corps perdu dans ce projet et d'investir des dizaines de millions.

Confronté à un embargo de fait de la part de l'administration américaine en raison des soupçons de collusion avec le régime chinois qui pèsent sur lui, Huawei a vu les liens étroits entretenus avec Google et son système d'exploitation mobile Android coupés au printemps 2019. Huawei utilise toujours Android pour l'instant, mais l'avenir de cet accord n'est pas clair, et Huawei développe son propre système d'exploitation appelé HarmonyOS.

Share