Intrusion au siège de la CFDT : Laurent Berger va déposer plainte

Share

Des manifestants ont à nouveau pénétré, ce lundi, dans les locaux parisiens de la CFDT.

Les syndicats sont divisés concernant la réforme des retraites, entre l'intersyndicale CGT-FO-CFE-CGC-FSU-Solidaires qui mène la fronde contre le projet de loi du gouvernement avec grèves et manifestations depuis 43 jours, et les syndicats dits "réformistes" (CFDT, CFTC et Unsa) qui se sont engagés à discuter avec l'exécutif des moyens de ramener le régime à l'équilibre en 2027 en échange du retrait de l'âge pivot dès 2022 assorti d'un bonus-malus. Mais "il a été retrouvé sur les lieux des tracts de la CGT Energie contre la réforme des retraites ", a indiqué la source policière. Sur la page Facebook de la CGT Énergie Paris, neuf syndicats ont revendiqué l'opération. "Berger négocie la couleur et la forme de nos futures chaînes et celles de nos enfants, sans jamais avoir participé à la grève reconductible contre la retraite à points".

"C'est la collaboration de classe qui a été plongée dans l'obscurité", s'est félicité le groupe dans un communiqué sur les réseaux sociaux.

Il s'agissait d'une action de la Coordination RATP-SNCF, née aux premières évocations d'une grève illimitée, en octobre, contre la réforme des retraites.

La confédération estime qu'il y a eu " intrusion ", " violence ", " insultes ", " intimidation auprès de salariés", " crachat sur salariés", a énuméré, sur RMC, le secrétaire général du syndicat.

"La CFDT n'est pas du côté des grévistes mais du côté de ceux qui portent plainte contre ceux qui luttent (.), qui n'ont rien d'autre à proposer que la répression sociale", a réagi lundi la Coordination RATP-SNCF lors d'un point de presse.

"C'est inacceptable. La CFDT, on n'est pas obligé d'être d'accord avec elle, mais dans une démocratie, on reconnaît qu'elle représente 620.000 adhérents".

"La CFDT est libre et indépendante. Ce qui dérange peut-être, c'est que la CFDT propose, elle n'est pas dans le binaire, dans tout est parfait ou tout est pourri, elle est dans la nuance", a-t-il défendu, demandant "que la CFDT soit respectée". "Je n'ai aucune leçon à recevoir et les militants n'ont aucune leçon à recevoir de ces personnes", a relevé M. Berger. Interrogé pour savoir si la confédération avait perdu des adhérents en raison de son soutien à la réforme des retraites, Laurent Berger a répondu par la négative: "Des gens partent parce qu'ils ne sont pas contents, d'autres arrivent".

Share