Chine : le nouveau virus pourrait muter et se propager plus facilement

Share

A l'instar des autres pays à travers le monde, l'Algérie a décidé de réactiver, dès aujourd'hui, le dispositif de surveillance et de contrôle, face au nouveau coronavirus découvert en Chine, au niveau des différents aéroports internationaux, notamment sur les vols en provenance de la Chine, avons-nous appris auprès de la direction de la prévention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

Le bilan du nouveau coronavirus s'est encore alourdi mercredi en Chine. Des cas ont été recensés à Pékin, Shanghai, Guangdong et Wuhan, parmi lesquels 15 personnels de santé, ainsi qu'en Thaïlande, au Japon et en Corée du Sud.

Le président chinois Xi Jinping a assuré au téléphone à son homologue français Emmanuel Macron que la Chine avait pris "des mesures de prévention et de contrôle strictes", selon des propos rapportés par l'agence de presse Chine nouvelle. Les autorités redoutent que le virus puisse se propager à la faveur des longs congés du Nouvel an chinois, qui commencent vendredi, et donnent lieu chaque année à des centaines de millions de voyages en car, en train ou en avion dans l'ensemble du pays. Après avoir largement semblé ignorer l'épidémie apparue le mois dernier, les Chinois paraissaient prendre conscience du risque dans les grandes villes du pays, où beaucoup d'habitants revêtaient des masques respiratoires.

Selon l'AFP, M. Li a annoncé des mesures de prévention, telles que ventilation et désinfection dans les aéroports, les gares et les centres commerciaux. Un premier cas a été découvert à Seattle (États-Unis) ce mercredi.

L'OMS n'a jusqu'ici utilisé le terme d'urgence internationale que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Faut-il redouter ce nouveau virus?

Share