Netflix se réinstalle à Paris

Share

Elle racontera l'histoire de jeunes comédiens qui tentent percer sur la scène parisienne du stand up.

Donnant une interview au journal L'Express, cette semaine, le grand patron de Netflix, Reed Hastings, a fait le point sur la pénétration de sa plateforme sur le marché français. En 2020, le service de SVoD va produire vingt nouveaux contenus originaux français. Cette comédie futuriste comptera dans son casting Elsa Zylberstein, Isabelle Nanty et Manu Payet. Dans la liste évoquée, on devrait compter la série "The Eddy" de Famien Chazelle avec Leïla Bekhti et Tahar Rahim, mais aussi la série fantastique "Vampires" avec Oulaya Amamra tandis que côté films, on devrait retrouver "La Terre et le sang" de Julien Leclercq ou encore "Balle perdue" avec Ramzy Bedia et Nicolas Duvauchelle.

En outre, la plateforme va renforcer ses partenariats dans la formation aux métiers de l'audiovisuel et du cinéma, avec des établissements comme l'école des Gobelins et la Fémis, ou l'association 1000 visages.

Une dynamique nourrie et encouragée par la forte croissance du portefeuille d'abonnés de Netflix en France. Il faut dire qu'avec 6,7 millions d'abonnés, il devient un acteur de plus en plus important dans l'Hexagone, ce qui explique en partie cette nouvelle implantation locale.

Netflix a également annoncé que les séries Osmosis et Marianne, lancées en 2019, n'auraient pas droit à une saison 2. Et ce d'autant que le gouvernement veut obliger les plateformes spécialisées dans les films et séries, comme Netflix et Amazon, à investir au moins 25 % de leur chiffre d'affaires réalisé en France dans la production d'œuvres françaises ou européennes. Mais "ces liens avec l'écosystème français se développent par pure conviction et pas par obligation", a-t-il poursuivi, assurant: "On est au début de l'aventure".

Share