Face au FBI, Apple tiraillé entre sécurité et vie privée

Share

Une décision officielle. Lundi, le ministre américain de la Justice William Barr a qualifié d'attentat terroriste la fusillade commise le mois dernier sur la base aéronavale de Pensacola, en Floride.

Le président Donald Trump s'en est lui-même mêlé en réclamant dans un tweet un peu plus de coopération de la part d'Apple mais la firme, qui avait tenu bon dans l'affaire de San Bernardino datant de décembre 2015 et qui fait de la sécurité des données de ses utilisateurs un argument marketing, n'a toujours pas cédé aux injonctions.

Le ministre américain de la Justice Barr avait demandé à Apple d'aider le FBI à déverrouiller les deux iPhone pour les besoins de l'enquête.

Le FBI n'a pas confirmé que l'iPhone 11 Pro Max a été piraté avec un outil tiers, mais l'avocat du propriétaire a déclaré que son client n'avait jamais fourni son mot de passe et que d'autres moyens de déverrouiller l'appareil n'étaient pas possibles (comme la reconnaissance faciale).

"Nous aidons continuellement Apple en matière commerciale et dans bien d'autres domaines encore et voilà à présent qu'elle refuse de déverrouiller des téléphones utilisés par des meurtriers, des dealers de drogue et d'autres criminels", a réagi Trump via Twitter. Ils vont devoir s'engager et aider notre grand pays, MAINTENANT! La société peut et fait cependant, remettez les données stockées sur ses serveurs de stockage cloud à des responsables de l'application des lois, ce qui inclut souvent des sauvegardes des iPhones, y compris des iMessages. Les enquêteurs espèrent en effet y trouver davantage d'informations sur les causes de la fusillade de Pensacola.

Puisque le FBI a réussi à s'introduire dans les iPhone les plus sécurisés à ce jour, il est très clair que les enquêteurs ont déjà les moyens nécessaires pour s'introduire dans les appareils d'Apple sans aucune aide du géant de la technologie. Apple a catégoriquement refusé et rien n'indique que la société envisage de changer son approche cette fois-ci. C'est une simple demande "d'entrée": Apple va-t-il nous aider à entrer dans les téléphones du tireur ou non?

Il sera intéressant de voir si le ministère de la Justice essaie de poursuivre Apple devant les tribunaux pour les amener à créer une porte dérobée.

Share