Nucléaire iranien : L'Europe sous la menace de Trump

Share

Le drame du Boeing d'UIA, à bord duquel se trouvaient de nombreux étudiants, a provoqué indignation et colère en Iran, notamment au sein de la jeunesse universitaire.

Dans un texte publié sur son compte Twitter, Zarif a expliqué que l'activation par la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, du mécanisme de résolution des conflits, a été précédée de menaces du président américain Donald Trump contre l'Europe.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a critiqué la décision du trio européen d'activer le mécanisme de règlement des différends inclus dans l'accord nucléaire avec Téhéran, accusant les pays européens d'abandonner l'accord par crainte des menaces américaines.

Les Iraniens auront besoin d'un peu plus de six mois pour arriver à ce niveau, et auraient encore besoin d'environ deux ans supplémentaires pour développer des missiles capables de transporter une éventuelle bombe, selon des informations des médias israéliens qui citaient mardi 14 janvier le rapport 2020 de la direction des renseignements militaires de l'armée israélienne.

Dans une phrase ambiguë semblant adressée aux ultraconservateurs, M. Rohani a affirmé que l'"enrichissement quotidien" d'uranium par l'Iran était aujourd'hui "supérieur à ce qu'il était avant" l'accord de Vienne. "Le président Trump est un excellent négociateur [.]". Si j'ai un accord avec Trump, combien de temps durera-t-il?

Réaction pour autant courroucée des Iraniens: "Si les Européens (.) cherchent à abuser [de ce processus], ils doivent également être prêts à en accepter les conséquences, qui leur ont déjà été notifiées", a assuré la diplomatie iranienne dans un communiqué.

Une initiative que les États-Unis disent "pleinement" soutenir: "Le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne ont fait ce qu'il fallait" face aux "provocations de l'Iran" en matière de politique nucléaire, a déclaré un porte-parole du département d'État américain, appelant à "augmenter encore la pression diplomatique et économique" sur la République islamique. "La Russie a quant à elle dénoncé mardi " les actions irréfléchies " des Européens et le risque d'une " nouvelle escalade ". "Il a été conclu après des années de négociations, et il n'y a pas d'autre solution que cet accord", a répété à Strasbourg, devant la presse, le Haut Représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

En représailles, l'Iran a lancé le 8 janvier des missiles contre des cibles militaires américaines en Irak, faisant d'important dégâts matériels mais sans causer de mort dans les rangs de l'armée américaine, selon Washington.

Kiev a demandé à l'Iran de lui remettre les boîtes noires de l'avion de ligne ukrainien abattu près de Téhéran il y a une semaine, ont indiqué mercredi les autorités ukrainiennes.

Share