Les visages tuméfiés de Brigitte Macron et Michelle Obama placardés à Milan

Share

Les affiches représentant des femmes de pouvoir couvertes de coups ont été placardées dans la ville de Milan.

Les visages tuméfiés de Brigitte Macron, de Michelle Obama, d'Angela Merkel ou bien encore d'Hillary Clinton ont été placardés dans les rues de Milan.

Cette "campagne d'art de rue" est baptisée "Just because I am a woman" (Juste parce que je suis une femme), référence à la chanson écrite et interprétée par Dolly Parton.

Elles ont le visage tuméfié, portent des marques de strangulation et de coups, leurs lèvres sont abîmées et elles ont des yeux au beurre noir.

Alors que les œuvres de street art de Banksy sont traquées à travers la planète, des affiches de l'artiste italien AleXsandro Palombo font couler beaucoup d'encre.

L'artiste contemporain et militant aleXsandro Palombo, 45 ans, est connu pour son travail de détournement à visée politique de visuels connus, parfois iconiques. A celles-ci s'ajoutent aussi Aung San Suu Kyi, la cheffe de facto du gouvernement birman, ou encore Sonia Gandhi, la présidente du parti du Congrès (principale formation d'opposition en Inde).

" La violence contre les femmes est un problème mondial qui touche tout le monde sans distinction de race, de classe sociale ou de religion ", est-il encore écrit sur un bandeau rose au bas de chaque affiche. Cette série d'affiches chocs signées par l'artiste italien AleXsandro Palombo visent à alerter sur le fléau des violences faites aux femmes. AleXsandro Palombo est connu pour ses œuvres colorées et satiriques, qu'il utilise comme un moyen de sensibiliser et d'engager une réflexion sur des questions sociales et culturelles.

Parmi ses œuvres les plus embélmatiques figurent "Disabled Disney Princesses" ("Les princesses handicapées de Disney") ou "The Simpsons Go To Auschwitz" ("Les Simpsons vont à Auschwitz").

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, il avait lancé la campagne #BriefMessage invitant les femmes à dénoncer les violences en écrivant un message sur leur culotte et en partageant la photo ensuite sur Internet.

Share