Cinéma : avec "1917", Sam Mendes réinvente le film de guerre

Share

C'est une immersion au cœur de la Première Guerre mondiale. Deux soldats britanniques, Schofield et Blake, ont pour mission de livrer un message de la plus haute importance. Pour ça, ils ont à peine 24 heures. Une course contre la montre (et contre la mort) s'engage alors, projetant de plein fouet les deux hommes dans les horreurs d'un conflit qui les dépasse. Peu importe la véracité ou non de la reconstitution, Sam Mendes évite le piège des morceaux de bravoure à tous crins (on n'est pas dans la séquence d'ouverture du Soldat Ryan pendant deux heures) et filme même quelques séquences sans action renvoyant au grand cinéma américain classique. Et quand elle ne se la fait pas, elle se raconte des histoires de guerre.

Après avoir été acclamé à la cérémonie des Golden Globes le dimanche 5 janvier, où il a reçu le prix du meilleur réalisateur ainsi que celui du meilleur long métrage dramatique, le film 1917 a dominé le box-office le jour de sa sortie globale ce vendredi.

Mendes a de plus l'intelligence de ne délivrer aucun message et de ne mettre en avant aucun héroïsme dans l'accomplissement de cette mission presque anecdotique parce que perdue dans l'universalité, dans le chaos retentissant d'une guerre et de milliers de vies sacrifiées. Vont-ils réussir? Réalisé par Sam Mendes (Skyfall), les rôles de Schofield et Blake sont respectivement interprétés par George MacKay et Dean-Charles Chapman.

Share