Moteur de recherche : Qwant serré de près par la Caisse des Dépôts

Share

D'un côté, l'État a décidé d'installer Qwant par défaut sur ses ordinateurs.

La nouvelle direction emmenée par Jean-Claude Ghinozzi se donne pour objectif d'améliorer l'expérience utilisateur, alors que le moteur de recherche revendique 4% du marché français, écrasé par Google.

Qwant a par ailleurs choisi de se doter d'un Conseil de gouvernance présidé par Antoine Troesch, Directeur de l'investissement de la Banque des Territoires. Léandri, qui a créé le moteur de recherche en 2013, ne s'en éloigne guère: non seulement il demeure un des plus importants actionnaires de l'entreprise, mais il prend aussi la tête du nouveau comité stratégique et scientifique de la société, qui a pour mission de définir les orientations technologiques de Qwant. Éric Léandri se contente de dire qu'il se concentrera sur "la vision stratégique de ce que doit être et devenir notre moteur de recherche, au service de la vie privée des Européens et de notre autonomie technologique".

Jean-Claude Ghinozzi déclare: " Jai rejoint Qwant il y a trois ans parce que le challenge inédit proposé par les actionnaires était à la fois immense et motivant.

De fait, l'audience de Qwant pourrait singulièrement grimper, puisque l'entreprise va bénéficier d'un nouveau (gros) coup de pouce de la part du gouvernement. Du chiffre d'affaires qui a pris 30% rien que d'octobre à novembre, et qui redevient ce que l'on espérait; que l'on va se recentrer sur notre cœur de métier qui est la monétisation, que l'on peut accueillir ici encore nombre de développeurs et ingénieurs, etc. La preuve que Qwant est là pour durer.

Cette même Banque des Territoires, qui appartient à la Caisse des Dépôts, mène avec le groupe Axel Springer la recapitalisation de Qwant.

Quant aux chiffres régulièrement évoqués de pertes d'environ 1 M € par mois, Éric Leandri rétorque: "Il s'agit là d'investissements pour pousser un moteur qui a su développer une vraie technologie européenne". Leurs utilisateurs pourront toutefois en changer s'ils désirent utiliser plutôt Google ou un autre moteur.

Les équipes de Qwant l'attendaient depuis longtemps et le secrétaire d'Etat Cédric O, l'avait annoncé au printemps dernier: l'État a décidé de basculer l'ensemble de ses administrations sur Qwant, comme l'ont déjà fait de nombreuses régions dont Sud, mais aussi des académies, ou de grands groupes, comme BNP-Paribas, le Crédit agricole, Thalès. "La recommandation de Qwant comme moteur de recherche par défaut n'est pas une décision de souveraineté numérique, fait valoir Nadi Bou Hanna, mais de recherche du meilleur compromis parmi les solutions disponibles à ce jour". Une source gouvernementale explique qu'il restera ainsi actionnaire, mais sans fonction opérationnelle. Cette situation a poussé Eric Léandri et ses associés à programmer une levée de fonds l'année dernière afin de se donner les moyens daccélérer le développement et de transformer le modèle économique de lentreprise.

Share