Convention climat : Borne assure que "les propositions seront reprises sans filtre"

Share

Le chef de l'Etat a promis que des "décisions fortes" seraient prises sur la base de leurs propositions pour lutter contre le réchauffement climatique, dont certaines pourront être soumises à référendum.

"Si on veut ensemble réussir cette aventure démocratique inédite, j'ai besoin que vous sachiez prendre des options fortes", a déclaré le chef de l'Etat suite à ses échanges avec les membres de la Convention.

La ministre de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne, a réaffirmé vendredi que les propositions des Français de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) que le président Macron rencontre pour la première fois vendredi seront "reprises sans filtre" par le gouvernement.

Durant la séance de questions-réponses entretenue avec les membres du CESE ( Conseil économique, social et environnemental), Emmanuel Macron a avancé l'idée d'organiser un référendum pour l'application du programme de réduction de gaz à effet de serre d'ici 2030.

"Je prends l'engagement que sur cette base (les travaux finaux de la CCC) des décisions seront prises " a-t-il redit vendredi alors que la CCC se réunit pour une quatrième session de travail ce week-end.

Emmanuel Macron a notamment sollicité ces représentants du peuple pour éviter de plonger dans un nouvel affrontement idéologique, sachant que la plupart des mesures qui seront adoptées concernent la vie quotidienne du peuple français.

Un souhait à moitié exaucé: le président a déclaré en fin de discours "Je m'engage à revenir devant vous rendre compte des décisions" qui seront prises par le gouvernement sur la base des propositions.

"Réagissant en direct sur Twitter, Greenpeace a regretté qu'Emmanuel Macron, tout en soulignant les " responsabilités " des 150 citoyens, " n'a décidément pas pris les siennes: "de renoncements en fausses promesses, la politique climatique du Président n'est pas à la hauteur ". Nous devons accélérer à toutes les échelles: "locale, nationale, européenne et internationale", avait ajouté Emmanuel Macron, qui accueillera à Marseille en juin le Congrès mondial de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Or selon les associations et plusieurs membres de la CCC qui se sont exprimés ce soir, les décisions du gouvernement - à l'image de l'interdiction du plastique en 2040 - ne collent pas vraiment avec cette volonté d'agir rapidement et pour le mieux.

Share