Airbnb a reversé 2,6 M€ de taxe de séjour en Bretagne

Share

Souvent critiquée pour être une raison de la hausse de loyers dans les villes, la plateforme Airbnb s'est défendue en annonçant avoir collecté 58 millions d'euros de taxes de séjour, reversées aux collectivités. Le montant collecté en France a plus que doublé par rapport à l'année 2018. Sur le podium figurent Paris (15,3 millions d'euros), Marseille Métropole (2,35 millions d'euros) et Métropole de Nice Côte d'Azur (1,84 million d'euros). "C'est un cercle vertueux: pour 28 000 villes et villages français, ces recettes créent de nouvelles opportunités de développer leur attractivité", souligne Emmanuel Marill, directeur général d'Airbnb France. Avec la collecte de la taxe de séjour, Airbnb s'affirme comme un atout pour de nombreux territoires, et pas seulement les plus grandes villes ou les stations touristiques. Ce n'est pas la réalité des taxes de séjour. Ainsi, Airbnb reverse cette année plus de 10,5M€ de taxe de séjour à des villes françaises de moins de 3 500 habitants, un montant plus de trois fois supérieur à l'an dernier (3,2M€). Ces sites sont aussi tenus de transmettre aux communes des informations sur les locations, telles que le nombre de voyageurs, les montants des réservations effectuées et l'adresse des hébergements. C'est Airbnb qui décide de combien ils vont donner aux différentes communes. L'année dernière, nous avons touché 82 000 euros.

La plateforme de location de logements entre particuliers, Airbnb, est passée à la caisse.

Et parmi les 20 villes françaises qui ont récupéré le plus de taxes de séjour: les deux " capitales " de la région Occitanie. En permettant à des millions d'entrepreneurs du secteur de l'hospitalité de rentabiliser un espace ou une passion, la plateforme favorise le développement de l'économie locale.

Share