Erdogan et Poutine scellent leur rapprochement énergétique

Share

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine ont officiellement inauguré ce 8 janvier le gazoduc TurkStream, qui symbolise leur rapprochement bilatéral et acheminera en Turquie et en Europe du gaz extrait en Russie.

Cette cérémonie, qui commencera vers 12h00 GMT, illustre le spectaculaire rapprochement entre ces deux pays après une crise diplomatique en 2015.

Les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine se sont rencontrés mercredi à Istanbul sur fond de crises régionales, notamment les tensions irano-américaines ou encore la situation en Syrie et en Libye. Même si Moscou dément, Ankara affirme que 2 500 mercenaires russes combattent aux côtés de Haftar, qui est également soutenu par les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite et l'Égypte. Vladimir Poutine a déclaré pour sa part: "Le partenariat entre la Russie et la Turquie se renforce dans tous les domaines malgré les efforts de ceux qui s'y opposent". "Nous appelons tous les belligérants en Libye à cesser les hostilités à 00h00 le 12 janvier et à déclarer un cessez-le-feu durable", indique ce document publié par la présidence turque. Les chefs d'Etat, tout sourire, ont symboliquement ouvert les vannes de ce pipeline géant qui doit approvisionner le sud de l'Europe, en contournant l'Ukraine.

L'autre dossier brûlant abordé lors de cette rencontre est la Syrie, où le régime soutenu par Moscou a multiplié ces dernières semaines les bombardements meurtriers sur Idleb (nord-ouest), ultime bastion des rebelles dont certains sont appuyés par Ankara, provoquant un afflux de populations vers la Turquie. Erdogan et Poutine se sont imposés comme les maîtres du jeu.

Ankara a appelé mardi la Russie à "stopper les attaques du régime" et a réclamé le respect d'une trêve conclue en août dernier. En tête de ces intérêts communs figure la coopération dans le secteur de la défense, avec l'achat par Ankara de systèmes anti-aériens russes S-400, et de l'énergie, désormais symbolisé par le gazoduc "TurkStream", dont la construction a début en 2017. Pour la Russie, il s'agit d'alimenter l'Europe en contournant l'Ukraine.

La Libye est en proie à une guerre civile entre le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Tripoli, reconnu par l'ONU, et l'Armée nationale libyenne et ses alliés, basés dans l'est du pays. Au total, ces tuyaux pourront acheminer quelque 31,5 milliards de mètres cube de gaz russe chaque année.

Share