L'intelligence artificielle championne du diagnostic — Cancer du sein

Share

D'après Mozziyar Etemadi, l'un de ses co-auteurs de l'étude, l'IA DeepMind d'Alphabet (qui a fusionné avec Google Health en septembre) représenterait une avancée majeure dans le système de détection précoce du cancer du sein. Par la suite, il a été expérimenté sur plus de 28.000 femmes dans ces deux mêmes pays.

"D'autres essais, une validation clinique et des autorisations réglementaires sont nécessaires avant que cela puisse commencer à faire une différence pour les patients, mais nous sommes déterminés à travailler avec nos partenaires pour atteindre cet objectif", ajoute le chercheur dans un communiqué de l'Imperial College of London.

Une équipe de chercheurs de Google a élaboré une intelligence artificielle (IA) capable de détecter un cancer du sein sur une mammographie. Ce dernier a été entraîné, nourri, avec près de 29.000 images de mammographies provenant de Grande-Bretagne et dans une moindre mesure des Etats-Unis. "L'article présente un modèle d'IA ayant démontré sa capacité à effectuer des détections plus précises que celle des experts humains à partir de mammographies de dépistage anonymisées". L'intelligence artificielle de Google réduit les cas de faux positifs (quand le cancer semble avoir été détecté mais qu'il n'existe pas) de 1,2% chez les sujets britanniques et de 5,7% pour les patientes américaines. La technologie pourrait donc un jour servir de " deuxième avis " pour les diagnostics de cancer. C'est le cas aussi dans le cadre du dépistage organisé proposé en France aux femmes de 50 à 74 ans.

Si les deux diagnostics concordaient, le cas était marqué comme résolu. Les réponses ont ensuite été comparées à ceux de 25 856 mammographies réalisées au Royaume-Uni et 3 097 aux États-Unis, avec des résultats très concluants. L'étude montre ainsi que l'utilisation de l'IA pour vérifier le diagnostic du premier lecteur humain pouvait permettre d'économiser jusqu'à 88 % de la charge de travail du second radiologue.

Share