Google Ads : une amende de 150 millions en France

Share

Google va devoir de nouveau payer une amende en France.

L'Autorité de la concurrence a infligé 150 millions d'euros d'amende à Google pour un abus de position dominante sur le marché de la publicité liées aux recherches (Google Ads), a-t-elle annoncé vendredi. Cette dernière a accusé Google d'avoir sans préavis suspendu son compte sur la plate-forme publicitaire. "Quand on a de grands pouvoirs, on a de grandes responsabilités", a déclaré Mme De Silva selon l'AFP.

Il s'agit de sa première sanction contre le géant américain, sur qui l'étau des régulateurs se resserre dans le monde entier.

L'Autorité de la concurrence vient d'infliger une amende de 150 millions d'euros à Google pour abus de position dominante sur sa plateforme publicitaire, Ads.

Incontournable, la régie publicitaire de Google en a profité.

"De plus, l'Autorité ordonne à l'entreprise de " clarifier la rédaction des règles de Google Ads et de revoir les procédures d'information concernant les modifications des règles " et de " clarifier les procédures de suspension", ainsi que " mettre en place des procédures d'alerte, de prévention, de détection et des traitement des manquements à ses règles ".

L'enquête de l'autorité a duré quatre ans et a fait suite à une plainte déposée par Gibmedia, une société française qui gère une gamme de sites Web proposant des prévisions météorologiques, des données d'entreprise et des répertoires. "Si Google ne respectait pas ces injonctions, il " s'exposerait à des sanctions très fortes", prévient Isabelle de Silva, présidente de l'Autorité de la concurrence, rappelant que Google bénéficie d'une " domination extraordinaire " avec de 90% à 100% de part de marché.

L'Autorité évoque des règles de fonctionnement, après avoir adopté "opaques et difficilement compréhensibles".

Aux termes de sa décision publiée aujourd'hui, l'Autorité de la concurrence considère que "les règles de fonctionnement de Google Ads imposées par Google aux annonceurs sont établies et appliquées dans des conditions non objectives, non transparentes et discriminatoires".

Comme à son habitude, Google a annoncé faire appel de cette condamnation.

Share