BCE: "j'aurai mon propre style", "différent", promet Lagarde

Share

" Mon ambition est d'être une chouette, que l'on associe souvent avec une certaine sagesse ", a-t-elle ajouté, formule immédiatement commentée par les spécialistes de politique monétaire.

Comme attendu, Christine Lagarde a par ailleurs officiellement lancé une revue d'ensemble de la stratégie de la BCE, pour la première fois depuis 2003 et après des années de mesures anti-crise aussi vigoureuses que controversées.

Le point central sera de redéfinir le niveau d'inflation visé par la BCE, pour l'heure "proche mais légèrement inférieur à 2%", et jugé optimal pour l'activité et l'emploi. Selon les estimations fournis par la réserve fédérale, le prochain mouvement pourrait être une hausse de taux et celle-ci ne devrait pas intervenir avant 2021.

Sur le fond, il s'agit de préciser l'objectif d'inflation poursuivi par l'institution, mais aussi d'intégrer les défis posés par le changement climatique et les évolutions technologiques, a développé Christine Lagarde. Pas de grandes annonces à attendre de cette réunion mais il sera intéressant d'écouter Christine Lagarde, ses réflexions, ses éléments de langage, pour comprendre ce que pourrait être la teneur de son mandat.

Enfin, alors que l'arsenal adopté en septembre a laissé le conseil des gouverneurs profondément divisé, la nouvelle patronne de l'institut dit vouloir "solliciter leurs vues avant toute décision".

Pour Carsten Brzeski, de la banque néerlandaise ING, cette première conférence de presse "très distrayante" ne permet guère de prédire ce que sera l'ère Lagarde, au-delà de son souhait d'apparaître "aussi consensuelle que possible".

Le PIB ne devrait croître que de 1,1% l'an prochain.

Share