Le match interrompu par des supporters en colère — Bordeaux-Nîmes

Share

Accroché samedi dernier à Reims (1-1), Bordeaux a atomisé Nîmes (6-0), ce mardi soir au Matmut Atlantique, à l'occasion de la 16 journée de Ligue 1, dans le sillage d'un Josh Maja auteur d'une performance XXL. En cause, un groupe de quelques dizaines de supporters contestataires s'est massé sur le bord de la pelouse, très proche du terrain, en scandant "Longuépée démission" et "Liberté pour les ultras".

C'est Benoît Costil, le gardien de Bordeaux, qui est allé parler aux supporters de son club pour tenter de les calmer afin que le jeu reprenne. Nous sommes sous La Tribune, nous ne lâchons rien.

Même si les supporters sont restés derrière la ligne de but, l'arbitre Clément Turpin n'a pris aucun risque. ll a aussitôt interrompu le match et demandé aux joueurs et aux staffs de regagner les vestiaires. Frédéric Longuépée est descendu à la rencontre de ces personnes.

Une centaine d'Ultramarines s'était déjà invitée vendredi au siège du club pour réclamer les démissions du président délégué et du responsable de la billetterie Antony Thiodet.

Cette action, nourrie par plusieurs mois de conflit entre les deux parties au sujet de la politique menée par les propriétaires américains, était intervenue au lendemain de révélations de Sud Ouest évoquant "un point de rupture irrémédiable" entre les actionnaires du club, les fonds d'investissement américains King Street (86,4%) et GACP (13,6%).

Ces tensions en coulisses devraient déboucher sur le rachat des parts de GACP, porté sur l'investissement, par King Street, davantage intéressé par la restructuration du club, le volet commercial et la rigueur financière, ce que redoutent les Ultramarines.

Share