20 morts lors d'affrontements entre narcotrafiquants et forces de l'ordre — Mexique

Share

Des affrontements entre narcotrafiquants présumés et forces de l'ordre ont fait un total de vingt morts ce week-end dans le nord du Mexique, près de la frontière américaine, selon les autorités locales.

Les faits ont démarré samedi en fin de matinée lorsque des policiers locaux ont repéré plusieurs véhicules, occupés par des personnes lourdements armées, en train de circuler dans la localité de Villa Union. Arrivés près du siège du gouverneur de l'Etat de Coahuila, ils se sont mis à tirer de plus belle.

Selon les déclarations de plusieurs suspects interpellés, le cartel incriminé avait l'intention de "pénétrer dans Villa Union et de frapper un grand coup" en guise de "message d'avertissement" à l'endroit du gouverneur, avant de regagner leur bastion de Nuevo Laredo, dans l'État de Tamaulipas, a indiqué Riquelme.

Traversant la ville en pickups, lourdement armés, des hommes ont criblé de balles les bureaux du maire de Villa Union et ont combattu la police pendant une heure. Les tueurs ont alors décidé de prendre en otages les employés de la mairie, toujours selon le gouverneur. Cela ne fait pas partie du quotidien de Coahuila.

Ces événements s'ajoutent à une série de défaillances de sécurité qui ont soulevé des questions sur la capacité du président Andres Manuel Lopez Obrador à endiguer la violence, comme il l'avait promis pendant sa campagne électorale. Pour Miguel Angel Riquelme, cette attaque porte la signature du cartel du Noreste, créé dans l'État proche de Tamaulipas à la suite d'une scission du groupe criminel violent des Zetas. Ce vaste mouvement a privé la vie à une vingtaine de personnes dont 4 membres de la police de l'État.

Le gouvernement, a-t-il martelé, se concentre désormais sur "la pacification" du pays avec une stratégie qui s'attaque aux racines du problème avec des programmes sociaux et "l'utilisation mesurée de la force".

Pour un autre expert en sécurité à l'université nationale autonome du Mexique, c'est l'arrestation avortée le 17 octobre à Sinaloa du fils du baron de la drogue Joaquin "El Chapo" Guzman, détenu aux Etats-Unis, qui continue de faire des vagues parmi les cartels.

Avec environ 26 000 morts depuis le début de l'année au Mexique, un nouveau record de violence pourrait être battu en 2019.

Share